Soupçonné d’avoir violé une cinquantaine d’enfants en Asie, un professeur de français arrêté à Besançon


Jean-Christophe Q. a été interpellé à Besançon le 30 mars. Il avait été arrêté en Thaïlande début février. (photo police thaïlandaise / ejan.co)

Un homme âgé de 51 ans a été interpellé à Besançon (Doubs) à son retour d’Asie et mis en examen avant d’être écroué.


Jean-Christophe Q. est soupçonné d’avoir violé une cinquantaine d’enfants, notamment en Thaïlande. C’est dans ce pays que ce professeur de français a été arrêté le 4 février dernier.

L’homme qui est expatrié en Malaisie depuis le début des années 2000 et qui enseigne au sein d’un centre de langues à Singapour, venait d’être retrouvé par la police thaïlandaise avec deux jeunes garçons de 13 et 14 ans dans sa chambre d’hôtel. A l’intérieur, les policiers ont découvert une caméra, mais également du Viagra et des dizaines de préservatifs raconte Le Parisien.

Le Français qui est originaire de Besançon, avait recrutés les deux jeunes garçons sur Facebook. Ils auraient dû toucher un peu moins de 30 euros pour ces relations sexuelles avec le quinquagénaire. La police thaïlandaise a alors décidé de médiatiser cette affaire au début du mois de février et une conférence de presse a été organisée. Les autorités ont expliqué avoir découvert des vidéos de Jean-Christophe Q. le montrant en train de violer un jeune garçon.

Remis en liberté pour des raisons indéterminées

Mais pour une raison inconnue, le mis en cause a finalement été remis en liberté quelques jours plus tard alors qu’il avait été placé en détention. Selon une source proche du dossier citée par le quotidien, il pourrait s’agir d’une libération sous caution, ou de corruption.

L’ambassade de France a toutefois avisé la justice française et une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris. Un mandat de recherche visant le suspect a été par la suite émis.

Interpellé en arrivant à Besançon

Jean-Christophe Q. a pris un vol le 30 mars pour se rendre à Besançon voir ses parents, les enquêteurs de l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) l’y attendaient. L’homme a été placé en garde à vue.

Dans le téléphone portable du mis en cause, les enquêteurs ont découvert des dizaines de photos et vidéos le mettant en scène avec de jeunes victimes asiatiques. Auditionné, le violeur présumé a reconnu uniquement les faits pour lesquels il avait été arrêté en Thaïlande en flagrant délit.

Ce dernier se rendait « régulièrement en Thaïlande, mais aussi dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est » indique cette même source. Une piste confirmée par les réseaux sociaux du mis en cause.

Au moins 50 victimes

Jean-Christophe Q. a été mis en examen le 1er avril pour « viols et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans », « détention, acquisition et captation en vue de sa diffusion d’images à caractère pornographique sur un mineur », « participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime » et « corruption de mineur de plus de 15 ans » précise Le Parisien. Il a ensuite été placé en détention provisoire.

L’information judiciaire vise des faits présumés en Thaïlande, en Malaisie, aux Philippines et en Inde. Les policiers de l’OCRVP vont désormais retracer l’ensemble de ses trajets et ainsi déterminer le nombre précis de victimes, alors que selon les premiers éléments de l’enquête, elles seraient au moins 50.

Selon le parquet, Jean-Christophe Q. est inconnu de la justice française pour des faits de pédophilie.