Tarn-et-Garonne : Armé d’un fusil à pompe, il tente d’assassiner son ex-épouse et son compagnon


Illustration Actu17 ©

Dévoré par la jalousie malgré un divorce intervenu il y a plusieurs années, un quadragénaire a tenté d’assassiner son ex-épouse et son nouveau compagnon en pleine nuit à leur domicile.


Un homme de 40 ans a fait irruption chez son ex-conjointe en pleine nuit, ce jeudi vers 2 heures du matin, à Saint-Porquier (Tarn-et-Garonne). Armé d’un fusil à pompe, il est entré dans l’habitation située sur la route de Belers en brisant une fenêtre, relate La Dépêche.

Jaloux maladif et guidé par la volonté de faire peur, selon ses dires, il a surpris son ex-épouse et son nouveau compagnon en plein sommeil. En découvrant cet inconnu, au côté de celle avec qui il avait pourtant divorcé plusieurs années auparavant, l’homme est devenu fou de rage.

Les enfants étaient alors absents du domicile à ce moment-là. L’assaillant n’a pas fait usage de son fusil à pompe, mais il a menacé le couple en brandissant l’arme. Furieux, il réclamait des explications. Au milieu d’un déchaînement de violences, la femme a pu quitter son domicile et se réfugier chez ses voisins.

La victime sérieusement entaillée à la main

Les forces de l’ordre ont été alertées. Le Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de la compagnie de Montauban a été envoyé sur place. Pendant ce temps, la maison prise d’assaut par l’ex-mari jaloux a été littéralement retournée, tandis qu’une violente bagarre opposait les deux hommes.


Lorsqu’ils sont arrivés sur place, les gendarmes ont découvert le nouveau compagnon entaillé sérieusement à la main. L’assaillant avait eu le temps de s’enfuir. Les secours sont intervenus et ont pris en charge l’homme blessé. Il a été conduit à la clinique du Pont de Chaume à Montauban pour y subir une intervention chirurgicale.

L’agresseur se retranche à son domicile

Dans le même temps, les militaires ont entamé des recherches pour tenter d’interpeller l’agresseur. Rapidement, ils se sont rendus chez lui à Bourret, une commune distante d’une quinzaine de kilomètres.

L’homme s’y était retranché. Il s’est finalement rendu de lui-même aux gendarmes après 4h30 du matin. Il a été placé en garde à vue puis auditionné par les enquêteurs de la Brigade de recherches de Montauban, chargés de mener les investigations.

À l’issue de sa garde à vue ce vendredi après-midi, le quadragénaire a été déféré au parquet. Une information judiciaire a été ouverte et un juge d’instruction l’a mis en examen pour « tentative d’assassinat ». Il devait également être placé en détention provisoire.