Terrorisme : Une femme s’étant portée volontaire pour commettre un attentat-suicide a été mise en examen


Illustration Actu17 ©

Une femme de nationalité franco-marocaine a été mise en examen et écrouée en France après avoir été expulsée de Turquie. Cette dernière s’était portée volontaire pour commettre un attentat-suicide.

Elle représentait une menace et affirmait être prête à commettre une attaque suicide. Une femme de 27 ans a été expulsée de Turquie le 6 mai dernier. A son arrivée en France, elle a été mise en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » et placée en détention provisoire la semaine dernière, à la demande d’un juge d’instructions révèle BFMTV.

La mise en cause avait rejoint la Syrie en avril 2014 et son père avait alors signalé son départ à la police. La politique pénale de l’époque n’avait pas permis l’ouverture une enquête, qui a finalement été lancée en novembre 2017.

Les enquêteurs ont alors retracé le parcours de la jeune femme, Sihame I. Cette dernière a épousé un djihadiste tunisien qui a été tué. La veuve a ensuite travaillé dans un hôpital de Raqqa, avant de vivre dans plusieurs villes en Syrie, notamment à Hajin et à Idlib.

Fière d’être une veuve de martyr

Elle s’est dit fière d’être une veuve de martyr, mais aussi de vivre dans un pays où la charia est appliquée et a également fait part de son souhait d’être l’auteure d’une attaque kamikaze. Des informations que les enquêteurs ont récolté par l’intermédiaire d’écoutes téléphoniques. La jeune femme s’était d’ailleurs inscrite sur une liste de volontaires pour commettre un attentat-suicide.


La mise en cause s’est rendue d’elle-même aux autorités en Turquie en octobre 2018, où elle a été incarcérée. Une information judiciaire la concernant avait été ouverte en France en juin 2018.