Toulouse : 5 individus mis en examen pour avoir contraint une jeune femme de 22 ans à se prostituer


Illustration. (Adobe Stock)

Mis en examen pour « proxénétisme aggravé », quatre suspects majeurs ont été écroués, le cinquième, mineur, a été placé en centre éducatif fermé.


Les enquêteurs du service régional de police judiciaire (SRPJ) ont interpellé cinq individus soupçonnés d’avoir contraint une jeune femme de 22 ans à se prostituer à Toulouse (Haute-Garonne). Les faits remontent au mois d’octobre dernier.

Une mauvaise rencontre

La mésaventure de la jeune femme a débuté lorsque son père a pris la décision de l’éloigner de ses « mauvaises relations » en l’envoyant loin de chez elle, à Auch (Gers).

Elle tentait alors de retrouver une vie paisible après avoir sombré dans la drogue. C’est là qu’elle a fait une mauvaise rencontre.

Sous la coupe de malfaiteurs

Dans cette ville, elle a fait la connaissance d’un homme originaire du Mirail qui l’a invitée « à venir à Toulouse pour travailler », relate La Dépêche.


Rapidement, ce « travail » s’est révélé être un poison pour la jeune femme. Elle devait donner son corps contre rémunération à des clients rabattus via un site internet. L’habitant du Mirail a « confié » la malheureuse à trois individus qui devaient payer leurs dettes en la faisant « travailler ».

Un client l’aide à s’échapper

À une ou deux reprises, la jeune femme a demandé de l’argent à ses proxénètes, mais n’a reçu que des coups. Après un temps à la contraindre à se prostituer dans des appartements, les malfaiteurs ont fait la connaissance d’un adolescent de 15 ans.

Ce dernier avait droit à des chambres d’hôtels fournies gratuitement par la collectivité. Il n’a pas hésité à proposer aux proxénètes d’héberger leur business, assurant aussi la « sécurité » quand la jeune femme était forcée de proposer ses services à l’extérieur.

Elle a finalement pu échapper à ses bourreaux à la fin du mois d’octobre, grâce à l’aide d’un client.

Une minutieuse enquête

Après un dépôt de plainte, le dossier est finalement arrivé au SRPJ qui a pris en charge les investigations au mois de décembre. Les policiers sont parvenus à identifier les suspects dont l’un se trouvait déjà derrière les barreaux.

L’enquête a démontré que la jeune femme devait enchaîner 4 à 6 passes quotidiennement. En attendant leur procès, les quatre majeurs ont été placés en détention provisoire, tandis que le mineur aujourd’hui âgé de 16 ans se trouve en centre éducatif fermé.