Toulouse : Il refuse de se laisser interpeller et percute un policier, le traînant sur 600 mètres


Illustration. (LongJon / Shutterstock)

Un détenu recherché pour ne pas avoir regagné la maison d’arrêt d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) après sa permission de sortie, a tout tenté pour échapper aux policiers. Les forces de l’ordre ont tout de même fini par l’interpeller, non sans mal.


Un homme de 26 ans, bien connu de la police et de la justice, était recherché depuis plusieurs jours. Incarcéré à la maison d’arrêt d’Eysses, le détenu a bénéficié d’une permission de sortie du 7 au 12 novembre dernier, mais n’est jamais revenu raconte La Dépêche. Un mandat d’arrêt a alors été délivré à son encontre et son nom a été ajouté au fichier des personnes recherchées (FPR).

Les policiers ont été informés vendredi 13 décembre que le suspect se trouverait dans un camp de gens du voyage, celui de la Mounède à Toulouse. Une fois sur place, ils n’ont pas mis longtemps à le repérer. Le détenu en cavale se trouvait au volant d’une Citroën Saxo. Il a alors tout tenté pour échapper à son interpellation.

Il traîne un policier et percute une auto-école

Il a d’abord fait une marche arrière avant de repartir dans l’autre sens, à toute vitesse. L’un des policiers a été percuté et projeté sur le capot de sa voiture. Le mis en cause a continué d’accélérer. Le fonctionnaire s’est agrippé au véhicule alors que le chauffard donnait des coups de volant. Il a ensuite percuté une auto-école en circulation.

Le fonctionnaire a été traîné sur 600 mètres et a chuté à l’entrée de la rocade. Peu après, le fuyard a été localisé dans un autre camp de gens du voyage. Il s’est violemment opposé à son interpellation, frappant l’un des policiers notamment.


Déjà condamné 34 fois

Jugé par le tribunal correctionnel, le prévenu, Joseph, déjà condamné à 34 reprises, a reconnu qu’il avait « fumé un joint » au moment des faits. « Son collègue m’a mis en joue et j’ai paniqué », a-t-il déclaré après avoir reconnu qu’il avait donné une fausse identité aux policiers venus l’arrêter.

Le policier traîné a reçu un certificat mentionnant 3 jours d’ITT (Incapacité totale de travail). « Je me suis dis que je vivais mes dernières heures », a-t-il confié lors de l’audience. Les trois autres policiers qui ont interpellé le mis en cause se sont vu attribuer un jour d’ITT chacun.

4 ans de prison

Le prévenu qui en est déjà à 12 ans passés derrière les barreaux dans sa vie, a été condamné à 4 ans de prison par le tribunal de Toulouse et devra payer également une amende de 100 euros.

En outre, l’homme de 26 ans devra verser 2000 euros aux trois policiers interpellateurs. Une autre audience se tiendra le 4 mars prochain concernant les intérêts civils pour le policier percuté ainsi que pour le moniteur de l’auto-école.