Toulouse : Pour avoir donné 70 centimes à une mendiante, il écope de 100 euros d’amende


Illustration. (Sûreté ferroviaire SNCF)

Un homme a été verbalisé par la police ferroviaire à Toulouse (Haute-Garonne). Il venait de donner quelques pièces à une mendiante selon son récit. Ce dernier a indiqué qu’il allait contester cette contravention d’un montant de 100 euros.

Il a reçu une contravention après avoir donné 70 centimes à une mendiante et a raconté son histoire à France 3. Il était environ 17 heures ce mercredi lorsqu’un homme a traversé le hall de la gare SNCF Matabiau à Toulouse pour rejoindre la station de métro, comme chaque soir.

Il raconte s’être arrêté à un distributeur de billets et avoir été abordé par une femme qui lui a réclamé quelques pièces. « Elle a insisté en me montrant, avec quelques mots de français, les lieux de restauration, demandant à manger », détaille-t-il.

Au moment où il allait lui donner quelques pièces pour un montant de 70 centimes selon son récit, une patrouille de police ferroviaire s’est présentée à lui.

Une contravention pour « Sollicitation de toute nature »

L’un des policiers lui a rappelé que la mendicité dans les lieux publics était interdite, ajoutant que s’il donnait des pièces à cette femme, il était « passible d’une contravention ». « C’était tellement stupéfiant que j’ai cru que ce n’était pas sérieux et que j’ai lâché mes 70 centimes dans la main de la femme », explique cet homme qui a donc été verbalisé d’une contravention de 100 euros pour « Sollicitation de toute nature ».


La SNCF a été contactée par France 3 et a confirmé la véracité de cette verbalisation qui mentionne bien une amende de 100 euros.

Le responsable de la communication de l’entreprise s’est ensuite expliqué : « Sollicitation de toute nature, cela veut dire que vous n’avez pas le droit, dans un lieu public comme une gare, de solliciter les personnes présentes, même pour un sondage par exemple, sans autorisation. De plus, la mendicité est interdite dans les lieux publics ».

« Le policier m’a demandé de ne pas le faire et j’ai refusé de lui obéir »

Pour le principal concerné, il s’agit « d’un abus d’autorité ». « Le policier m’a demandé de ne pas le faire et j’ai refusé de lui obéir. Il s’est vengé en me verbalisant », a-t-il expliqué. S’avouant choqué par cette verbalisation, l’homme a déclaré qu’il allait la contester en adressant un courrier à la SNCF.