Toulouse : Un adolescent de 15 ans blessé par balles en pleine rue dans le quartier des Minimes


Illustration © Actu17

Un adolescent de 15 ans a été blessé par balles ce dimanche soir dans le quartier des Minimes à Toulouse (Haute-Garonne).

Plusieurs coups de feu ont été tirés vers 23 heures dans le quartier des Minimes. C’est un adolescent de 15 ans qui a été pris pour cible. Ce dernier a été touché au niveau du mollet droit et de la jambe droite explique La Dépêche. La jeune victime a été prise en charge par le SMUR et les sapeurs-pompiers. Elle a été évacuée à l’hôpital et son pronostic vital n’est pas engagé.

Une attaque qui ressemble fortement à une « jambisation ». Une méthode utilisée par les dealers qui visent les membres inférieurs de leur victime, sans chercher à la tuer. Ce nouveau blessé par balles intervient dans un climat de tension et de règlement de compte dans les quartiers des Izards et des Pradettes ces dernières semaines.

Des trafics de stupéfiants relancés depuis le déconfinement

Les forces de l’ordre ont pourtant réalisé plusieurs opérations pour enrayer le trafic de stupéfiants dans la Ville rose. Mais depuis le déconfinement, les choses ont encore évolué raconte le quotidien. Dans la cité Bourbaki où l’adolescent a été blessé ce dimanche soir, les anciens « patrons » sont sortis de prison et ont relancé le marché de la drogue, notamment par des recrutements.

Le jeune garçon blessé par balles occupait un poste de guetteur lorsqu’il a été attaqué par un homme portant un masque de protection respiratoire. Après avoir ouvert le feu, l’auteur s’est rapidement engouffré dans une berline noire et a disparu. Des riverains ont porté les premiers secours à la victime avant d’alerter la police.


Une enquête confiée à la sûreté départementale

Sur place, les enquêteurs n’ont retrouvé aucun étui. Si la piste d’un nouveau règlement de compte lié au trafic de stupéfiants est privilégiée, l’un des enquêteurs a confié à nos confrères qu’il est « peu commun » qu’un simple guetteur soit victime d’une telle attaque. La Brigade criminelle et de répression des atteintes aux personnes (BCRAP) de la sûreté départementale a été chargée de mener les investigations.

La semaine dernière, dans la nuit du 10 au 11 août, une fusillade dans le quartier des Izards avait fait un mort et deux blessés.