Tourcoing : Guet-apens, violences urbaines et tirs de mortiers d’artifice sur les policiers durant deux nuits


Des violences urbaines ont éclaté durant deux nuits à Tourcoing. (captures écran/DR)

Des violences urbaines ont éclaté durant deux nuits au cours du week-end à Tourcoing, ainsi qu’à Lille (Nord). Les policiers ont été pris pour cible à de multiples reprises. Deux fonctionnaires ont été blessés et trois personnes ont été interpellées.

Tout a débuté ce samedi en fin d’après-midi dans le quartier Croix-Rouge de Tourcoing. Les policiers en patrouille ont aperçu un jeune homme qui faisait du rodéo sauvage sur un scooter, et qui les narguait. Ce dernier a chuté peu après, « sans que les CRS le poursuivent » a précisé Serge Viseur, délégué du syndicat Alliance police nationale, interrogé par France 3.

L’homme a affirmé qu’il était blessé lorsque les policiers se sont approchés de lui, ce qui a créé un attroupement dans le quartier. Il s’est soudainement levé et a pris la fuite. Les forces de l’ordre ont alors été visées par des jets de projectiles et ont décidé de quitter les lieux. Deux individus ont été interpellés un peu plus tard vers 19 heures, et placés en garde à vue.

Un guet-apens

Des violences urbaines ont ensuite éclaté durant la nuit. C’est un guet-apens auquel les policiers ont été confrontés a précisé le syndicaliste. Ils ont été appelés pour un véhicule en feu vers 23 heures, dans ce même quartier.

Une fois sur place, les fonctionnaires ont été violemment agressés par plusieurs dizaines d’individus qui leur ont jeté des pierres et qui ont notamment utilisé des mortiers d’artifice à leur encontre. Un troisième suspect mineur a été interpellé durant ces violences. Ce dernier doit être déféré ce lundi devant un juge des enfants a indiqué le parquet.

Plusieurs vidéos amateurs ont été publiées sur les réseaux sociaux.

Le commissariat pris pour cible

Nouvelles violences urbaines dans la nuit de dimanche à lundi dans le quartier Croix-Rouge ainsi que dans le quartier Bourgogne. Malgré la présence de renforts, notamment de brigades anticriminalité (BAC), les policiers ont été attaqués. Le commissariat de la ville a également été pris pour cible par des tirs de mortiers d’artifice, sans faire de blessé. Des véhicules ont toutefois été dégradés.

Des faits similaires se sont produits à Lille dans le quartier du Moulins. Une patrouille de la BAC a été visée par des tirs de mortiers d’artifice et deux policiers ont été légèrement blessés indique La Voix du Nord.

« Si un jet de mortier rentre dans un véhicule, vous prenez feu »

« Ce n’est pas tous les week-ends mais ça devient régulier et c’est vraiment fatiguant, pour nous policiers mais également pour les riverains », déplore Arnaud Boutelier, secrétaire régional du syndicat Alliance Police dans les Hauts-de-France, à France 3. « Si un jet de mortier rentre dans un véhicule, vous prenez feu », rappelle-t-il, ajoutant que le renforcement de la lutte contre les trafics de stupéfiants ces derniers mois, a provoqué une exacerbation des tensions.

Dans une interview au Figaro ce dimanche, le président de la République Emmanuel Macron a confirmé une augmentation du nombre de policiers et gendarmes en France, pour arriver à 10 000 de plus en 2022, comme il s’y était engagé avant son élection. Le chef de l’État a également confirmé le déploiement des caméras-piétons pour les forces de l’ordre « d’ici l’été », et a annoncé la création d’une académie pour la formation des policiers, à Montpellier (Hérault).