Un criminel recherché par l’Italie depuis 10 ans interpellé par la police française


Juan Testa, recherché par la justice italienne depuis 10 ans, a été interpellé par la police française à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. (photo Polizia di Stato)

Pour échapper à la justice italienne, le criminel s’était réfugié au Kirghizistan, puis à Taïwan. C’est finalement la police française qui l’a interpellé à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.


Les policiers français ont interpellé un fugitif italien âgé de 36 ans, Juan Testa, alors qu’il venait de descendre d’un avion à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, samedi matin. Ils agissaient dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen visant à le faire extrader vers l’Italie, rapporte le quotidien italien Il Gazzettino.

Un crime commis 10 ans auparavant

C’est dans ce pays, il y a environ dix ans, que le mis en cause avait enlevé et violé son employé de 22 ans. Ce chef d’entreprise et fils d’un riche médecin de la province de Padoue avait été condamné à une peine de prison de six ans et deux mois. Alors assigné à résidence, il s’était évaporé dans la nature, avant d’être inscrit sur la liste des fugitifs dangereux.

Une coopération internationale

Sa localisation a été permise par une coopération entre la police d’état italienne (Polizia di Stato), l’agence de coopération policière internationale Interpol et l’agence européenne Europol, qui œuvraient dans le cadre de la mission intitulée « Wanted 3 ».

Les investigations ont démontré que le criminel s’était un temps réfugié à Bichkek, la capitale du Kirghizistan, avant de rejoindre Taïwan. Il s’était installé dans le comté de Taoyuan, où il avait démarré une entreprise spécialisée dans les événements musicaux et la location de matériel professionnel pour des concerts et des soirées privées.


Des flux financiers qui ont mené à sa perte

Pour obtenir ces précieux renseignements, les enquêteurs ont tracé d’importants virements d’argent émis par la famille du fugitif vers Taïwan. Les surveillances ont montré que le trentenaire avait ensuite été expulsé du pays.

« C’est un criminel espagnol, connu pour trafic de drogue et ancien proxénète qui s’était soustrait à la justice italienne », a indiqué vendredi Jean-Jacques Colombi, chef de la division des relations internationales de la police judiciaire française, rapporte Le Parisien.