Un homme abattu en pénétrant dans un logement à Mesnil Roc’h : l’habitante de 62 ans écrouée

Illustration. (photo Rémy Perrin/Maxppp)

Un homme âgé de 37 ans a été tué par balle ce samedi au petit matin à Mesnil Roc’h (Ille-et-Vilaine). Les circonstances du crime restent floues. Une femme de 62 ans a été mise en examen et placée en détention provisoire dans ce dossier. Cette dernière connaissait le défunt.

Elle a ouvert le feu avec un fusil de chasse, touchant mortellement un homme de 37 ans au niveau du cœur. Les faits se sont produits vers 05h30 samedi matin, sur la commune de Lanhélin, fusionnée au sein de Mesnil-Roc’h. La victime se serait introduite dans l’appartement de la mise en cause qui est une femme de 62 ans – et non un homme comme indiqué initialement, son changement de genre a été récemment validé auprès de l’état-civil explique Ouest France -, avant d’être tué par balle.

Mais la piste d’une intrusion durant la nuit reste à préciser. Les enquêteurs se sont heurtés à des « déclarations contradictoires », a indiqué le parquet de Saint-Malo. La suite des investigations doit permettre de déterminer le déroulement exact des faits. Ce dimanche, le parquet n’a pas exclu la piste d’un règlement de comptes sur fond de trafic de stupéfiants. La compagne de la suspecte et un adolescent se trouvaient dans le logement au moment du crime.

Une mise en cause bien connue de la justice

La suspecte de 62 ans « très connue de l’institution judiciaire », qui connaissait le défunt, a été déférée ce dimanche avant d’être mise en examen et placée en détention provisoire. Une information judiciaire a été ouverte sous la qualification d’homicide volontaire.

« Il convient désormais de préciser dans quel contexte et pour quel motif l’homme s’est introduit nuitamment au domicile de la mise en cause avant d’y être tué d’un coup d’arme de chasse », a souligné le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc. Le dossier a été récupéré par le pôle criminel. La sexagénaire aurait été victime de deux autres intrusions la semaine passée lorsque des hommes auraient emporté un coffre, ainsi qu’en juillet dernier.