Un Italien de 94 ans appelle la police : «Rien ne me manque, juste une personne avec qui trinquer pour Noël»


Malavolti Fiorenzo a reçu la visite de deux carabiniers chez lui. (photo Facebook)

Un homme âgé de 94 ans vivant en Italie a fait appel à la police vendredi. Il n’était pas en danger mais se sentait seul et souhaitait savoir si des carabiniers pouvaient passer le voir brièvement… pour fêter Noël avec lui et trinquer.

C’est une belle histoire qui s’est déroulée à Alto Reno Terme, une petite commune d’environ 7000 habitants située dans la ville métropolitaine de Bologne, en Italie. Les carabiniers, une force militaire chargée de missions de police, ont reçu l’appel d’un homme âgé de 94 ans vendredi, en ce jour de Noël.

« Bonjour, j’ai 94 ans et je suis seul dans la maison, rien ne me manque, juste une personne avec qui échanger un verre pour Noël… », a commencé à expliquer Malavolti Fiorenzo. « S’il y avait un militaire disponible, 10 minutes pour venir me voir car je suis seul ». Une demande acceptée : deux militaires se sont présentés à son domicile peu après. Un moment agréable et d’échanges a alors débuté, comme le montre cette belle photo publiée par les carabiniers sur Facebook.

« Ce fut l’occasion de bavarder et de raconter des anecdotes amusantes »

Malavolti Fiorenzo était ému et leur a offert un verre, comme il l’avait prévu. « Après l’émotion initiale et un chaleureux verre de Noël, ce fut l’occasion de bavarder et de raconter des anecdotes amusantes, ainsi que quelques appels vidéo aux proches de l’homme âgé », expliquent les militaires sur Facebook.

Le nonagénaire en a profité pour raconter aux deux militaires que son beau-père, le maréchal Francesco Sferrazza, était au moment de la seconde guerre mondiale, celui qui commandait la caserne de carabiniers de Porretta Terme, une commune voisine. Une caserne qui a été détruite lors des bombardements.

Nul doute que la visite des militaires a été un très bon moment pour Malavolti Fiorenzo. « Fier d’avoir fait ce merveilleux cadeau de Noël ! », conclut le message des carabiniers.