Un policier mis en examen, soupçonné d’être le complice de passeurs à Mayotte


Illustration. (photo Twitter / @SGMer)

Le Gardien de la paix est soupçonné d’avoir communiqué des informations sur les points de contrôle en mer à des passeurs de clandestins.

Un fonctionnaire de police affecté à la brigade nautique de la Police aux frontières (PAF) de Mayotte a été interpellé et placé en garde à vue avec deux autres suspects, ce vendredi. Les enquêteurs agissaient sous la direction d’un juge d’instruction, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 27 septembre dernier.

À l’issue de sa garde à vue, le policier a été mis en examen pour « aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers d’étrangers en France en bande organisée » et « corruption passive », rapporte le Journal de Mayotte.

Un réseau bien organisé

Il est soupçonné d’être le complice d’un réseau bien organisé de passeurs. Ces derniers se livraient à des transports de clandestins, de cigarettes de contrebande et de différentes drogues entre Mayotte et Anjouan. Le fonctionnaire aurait été rétribué en échange de la communication des points de contrôle en mer, permettant aux pilotes de kwassa-kwassa (des petits canots, ndlr) de passer entre les mailles du filet.

Il est détenu provisoirement au centre pénitentiaire de Majicavo, et doit être présenté en début de semaine au juge des libertés et de la détention.