Un trafiquant de drogue perd ses codes d’accès à plus de 53 millions d’euros en bitcoins


Illustration. (Pixabay)

L’homme, âgé de 49 ans, avait caché les codes d’accès à ses portefeuilles numériques de bitcoins dans un étui de canne à pêche… parti à la déchetterie.

Tout ne s’est pas exactement déroulé comme prévu pour ce trafiquant de produits stupéfiants irlandais. Son trafic de cannabis lui avait permis d’amasser une fortune de plus 53 millions d’euros. Mais même les services de la justice de son pays n’ont pas pu les récupérer.

Les enquêteurs sont parvenus à identifier 12 portefeuilles de crypto-monnaie détenus par Clifton Collins. Ils ont alors entamé les recherches pour pouvoir revendre les 6 000 bitcoins qu’ils contiennent, mais en vain.

Une précieuse feuille de papier

L’homme a été interpellé en 2017 dans le cadre d’un trafic de cannabis. Les enquêteurs, à la recherche du fruit de ce trafic, ont découvert qu’il avait acheté des milliers de bitcoins entre fin 2011 et début 2012.

Avant son interpellation, Clifton Collins avait placé un peu plus de 6 000 bitcoins sur un seul compte, mais il craignait qu’il soit trop facile d’y accéder en le piratant. Il avait alors décidé de répartir sa crypto-monnaie sur 12 comptes et y a placé exactement 500 bitcoins (soit 4,4 millions d’euros, ndlr) sur chacun.


Les codes incinérés

Les enquêteurs ont pu déterminer qu’il n’existait qu’un exemplaire des codes d’accès à ces 12 portefeuilles numériques, et qu’ils avaient été imprimés sur une feuille de papier A4 dissimulée dans un étui de canne à pêche.

Malheureusement, suite à sa condamnation à 5 ans de prison, le propriétaire de son habitation a vidé les lieux et jeté la plupart de ses affaires dans une décharge. Celle-ci transfère les déchets en Allemagne et en Chine pour qu’il y soit incinérés. C’est ce qui s’est passé pour l’étui contenant la précieuse feuille de papier.

Les autorités gardent espoir

Malgré l’impossibilité technique de pouvoir récupérer cet argent, les enquêteurs gardent espoir. Ils ont déclaré qu’ils espéraient que les progrès technologiques leur permettraient un jour d’accéder aux bitcoins afin qu’ils puissent être vendus.

Clifton Collins, pour sa part, en a fait le deuil car il a compris que même s’il était possible de les récupérer, la justice de son pays les saisirait immédiatement. Il a affirmé considérer cette mésaventure comme une punition pour sa bêtise, relate The Irish Time.

Le Criminal Asset Bureau (CAB), agence pénale de recouvrement irlandaise, a toutefois pu récupérer près de 1,5 million d’euros en bitcoin que le mis en cause possédait sur un autre compte, ainsi que plus de 100 000 euros en espèces.