Une automobiliste percute tous les cyclistes qu’elle croise au nord de Toulouse : un mort et deux blessés


Illustration. (photo PhotoPQR/Maxppp)

Le coup de folie d’une automobiliste a coûté la vie à un cycliste ce jeudi dans le nord de Toulouse (Haute-Garonne), dans le village de Cépet. Deux autres hommes ont été blessées. La mise en cause a pu être interpellée, elle a été internée.

Le parcours meurtrier de cette conductrice, au volant d’une Renault Captur, a débuté vers 12h45 sur la commune de Fronton. Cette dernière a d’abord renversé un cycliste qui a été blessé explique La Dépêche. Des gendarmes se trouvaient non loin et l’ont repérée. Ils ont porté en priorité assistance à la victime.

L’automobiliste a poursuivi sa route vers le village de Cépet. C’est là qu’elle a foncé sur un groupe de cyclistes. L’un, âgé de 65 ans, a été violemment percuté avant de chuter dans le fossé indique France Bleu. Malgré les tentatives de réanimation par les gendarmes, le sexagénaire est décédé. Un second cycliste a quant à lui été blessé lors de la collision.

Un autre véhicule de gendarmerie est parvenu à bloquer la progression de la conductrice à la sortie du village. Cette dernière a percuté le véhicule des militaires par l’arrière. Les forces de l’ordre ont fait feu dans l’avant du véhicule. La conductrice de 34 ans a alors été interpellée. Elle n’a pas été blessée par les tirs des militaires.

De graves problèmes psychiatriques

La trentenaire qui vit chez ses parents à Labastide-Saint-Pierre (Tarn-et-Garonne) souffre de graves problèmes psychiatriques. Elle a d’ailleurs été internée d’office, son état de santé ayant été jugé incompatible avec une mesure de garde à vue. Une expertise devrait être diligentée par la justice afin de déterminer si la mise en cause peut être tenue responsable de ses actes. Le cas échéant, ses motivations devront être déterminées. D’autre part, la piste terroriste a été rapidement écartée par les enquêteurs et une perquisition a été réalisée au domicile de la trentenaire.

Deux enquêtes ont été ouvertes : l’une confiée à la brigade de recherches de la compagnie de Toulouse Saint-Michel concernant les actes de cette automobiliste, et une seconde confiée à la section de recherches d’Occitanie afin de vérifier que les militaires ont fait usage de leur arme, dans les conditions réglementaires.

Interrogé par nos confrères, un témoin explique que la conductrice est arrivée « à vive allure dans le village » et qu’elle a roulé sur le rond-point alors qu’elle était poursuive par les gendarmes qui lui ordonnaient de s’arrêter.