Une jeune femme radicalisée condamnée à 7 ans de prison pour un projet d’attentat en France


Illustration Actu17 ©

Janna C., une jeune femme radicalisée aujourd’hui âgée de 21 ans, a été condamnée ce mercredi à 7 ans de prison par le tribunal correctionnel de Paris. Interpellée en 2016, elle envisageait de commettre un attentat en France.

Elle avait l’intention de perpétrer un attentat au nom du groupe État islamique (EI) en France. Alors âgée de 18 ans, Janna C. a été interpellée le 10 août 2016 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). La jeune femme radicalisée avait fait part d’un projet d’attentat dans des messages, ainsi qu’à sa famille relate Europe 1.

Des recherches sur la fabrication du TATP

La veille de son interpellation, la mis en cause avait effectué des recherches sur internet sur la conception d’une ceinture d’explosifs, ainsi que sur la fabrication du TATP, ce puissant explosif souvent utilisé par les djihadistes.

Les enquêteurs ont également découvert que Janna C. avait donné « rendez-vous dans le paradis éternel » sur Snapchat, et qu’elle consultait la propagande de l’EI.

Repérée sur une chaîne Telegram

Les policiers avaient repéré Janna C. par l’intermédiaire d’une chaîne de la messagerie chiffrée Telegram, où des appels à commettre des attentats en France provenant de Rachid Kassim, un djihadiste de l’EI en zone irako-syrienne (tué le 27 juillet 2017 en Irak par une frappe américaine, ndlr), avaient été diffusés.


Les enquêteurs étaient parvenus à obtenir des échanges entre la créatrice de cette chaîne, qui était mineure, et qui fait l’objet d’une procédure distincte, et Janna C. Cette dernière était également jugée pour avoir incité cette mineure à commettre un attentat mais également pour avoir envisagé de se rendre en Syrie. La justice a seulement retenu un « projet d’action violente » à l’explosif à l’encontre de la prévenue.

7 ans de prison

Le parquet avait requis la peine maximale de 10 ans de prison à l’encontre la jeune femme. Le tribunal correctionnel de Paris l’a condamnée à une peine de 7 ans d’emprisonnement assortie d’une période de sureté des deux tiers.

La jeune femme qui était jusqu’ici en détention provisoire est retournée en prison. Elle fera également l’objet d’un suivi socio-judiciaire pendant cinq ans.

Une seconde jeune femme radicalisée écope d’une peine de prison

Une autre jeune femme radicalisée a été condamnée à une peine de prison. Djelika S., 25 ans, communiquait régulièrement avec Janna C. sur Internet. Elle avait déclaré lors d’une audition face aux policiers qu’elles avaient prévu deux attaques au couteau pour faire un maximum de victimes. L’enquête n’a jamais pu le démontrer.

Djelika S. a été condamnée à 6 ans de prison pour des velléités de départ en Syrie.