Val-de-Marne : Filmés et interpellés alors qu’ils découpent un mât de vidéosurveillance à la disqueuse


Plusieurs individus ont été filmés en train d'attaquer à la disqueuse un mât de vidéosurveillance de Créteil. (DR)

Le mât attaqué venait d’être installé le jour-même et dérangeait visiblement certains trafics.


Il a failli disparaître le jour de sa pose. Un mât de vidéosurveillance de la ville de Créteil (Val-de-Marne) a subi les foudres – et les coups de disqueuse – de cinq individus bien décidés à l’abattre, ce vendredi.

Ils tentent de découper le mât

En pleine nuit vers 2h15, les opérateurs vidéo ont aperçu cinq hommes s’approcher du mât de cette caméra située dans le quartier du Palais. Visage masqué et mains gantées, les individus ont discuté un court instant, puis l’un d’entre eux a déployé une disqueuse et a commencé à attaquer le poteau, aidé d’un comparse.

Les trois autres, dont l’un juché sur un scooter, s’occupaient de surveiller les alentours, tandis que les étincelles de l’outil trahissaient le méfait en cours. Immédiatement l’alerte a été transmise aux policiers sur le terrain, qui ont convergé sur les lieux.

Quatre interpellations mouvementées

Des équipages de la Brigade anticriminalité (BAC) de nuit de Créteil et des fonctionnaires de Police-secours ont fondu sur les suspects, dont un seul est parvenu à prendre la fuite, relate Le Parisien.


Quatre mis en cause, dont un mineur, ont été interpellés et placés en garde à vue pour « dégradation de bien public ». L’un d’entre eux s’est rebellé et a été blessé à l’arcade sourcilière. Il est également poursuivi pour ces faits.

Un plan « stups » à proximité

Le cinquième, qui s’est enfuit, est qualifié de « fou furieux » par un riverain qui évoque que trois jours auparavant, « il voulait incendier un camion en panne qui était garé devant le point de deal ». Par chance pour son propriétaire, un personnel de la Galerie du Palais l’avait prévenu qu’il connaissait son conducteur.

Ces événements interviennent à quelques mètres d’un plan « stups » dit du « Petit chou », connu des riverains et des policiers.

Un préjudice estimé à 35 000 €

Peu après la tentative de découpe du mât de vidéosurveillance, la mairie a déposé plainte au commissariat de Créteil. La caméra est intacte, mais le mât bien entamé à la disqueuse n’est plus utilisable. La facture approche des 35 000 euros.

Il ne s’agit pas d’un fait nouveau sur la commune. Une attaque similaire avait eu lieu en juillet dernier, dans le quartier des Bleuets. Un vandale avait découpé un mât installé dans l’école Beuvin.