Val-d’Oise : Des policiers déposent plainte contre une magistrate accusée de les avoir qualifiés de «ripoux»


Le palais de justice de Pontoise dans le Val-d'Oise. Illustration. (PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP)

Ils sont 27 à dénoncer des propos qu’ils estiment diffamatoires, qu’une magistrate a tenus lors d’une audience le 27 janvier dernier.


Vingt-sept fonctionnaires de police qui exercent au sein de la Brigade anticriminalité (BAC) de Cergy dans le Val-d’Oise ont annoncé qu’ils déposaient plainte contre une substitut du procureur de Pontoise.

Les premières des 27 plaintes devaient être déposées ce vendredi après-midi. « En comparant les méthodes de la gendarmerie et de la police, elle s’est visiblement un peu égarée : elle a qualifié les méthodes de nos collègues de la BAC de Cergy de méthodes de ripoux », a indiqué Ludovic Collignon, le secrétaire départemental du syndicat Alliance Police Nationale du Val-d’Oise à franceinfo.

Un réquisitoire dénoncé par les policiers

Les propos mis en cause par les policiers ont été tenus par la magistrate lors d’un réquisitoire durant un procès pour une affaire d’outrage et rébellion sur des gendarmes, le 27 janvier dernier.

Dans son réquisitoire, la substitut du procureur évoquait « les gendarmes qui, eux, n’étaient pas venus dans la salle pour arrondir leurs fins de mois, contrairement aux policiers », dénonce le syndicaliste. Les plaignants estiment que la magistrate les accusait d’être à l’origine d’une « espèce de business avec les outrages et rébellion et avec les dommages et intérêts qu’ils peuvent toucher dans ce genre d’affaires », a-t-il indiqué.


« Les policiers attendent un soutien sans faille de la part de la justice, et certainement pas d’être diffamés en audience publique ! », indique le syndicat dans un communiqué intitulé « Inacceptable », publié mardi sur sa page Facebook.

De son côté, le parquet de Pontoise s’est refusé à tout commentaire, en précisant que les plaintes allaient être examinées.