Val-d’Oise : Il s’engage sur l’A15 à contresens, percute une voiture de police et cause un carambolage


Un chauffard s'est engagé à contresens sur l'A15, provoquant un carambolage. (photo Actu17)

Le comportement particulièrement dangereux d’un conducteur aurait pu coûter la vie à des usagers de la route ce dimanche matin dans le Val-d’Oise. Cet homme de 26 ans qui était ivre et qui conduisait sans permis de conduire, a refusé de s’arrêter à la demande des policiers puis s’est engagé sur l’autoroute A15 en sens inverse.

INFO ACTU17. Il était environ 06h30 ce dimanche à Pierrelaye (Val-d’Oise) lorsque les policiers de la police-secours de Cergy ont ordonné au conducteur d’une Peugeot 208 blanche de se soumettre à un contrôle. Ce dernier qui venait de sortir d’une boite de nuit située à proximité, a refusé de s’arrêter et a accéléré.

Le chauffard s’est dirigé vers un rond-point puis s’est engagé sur la bretelle de sortie de l’autoroute A15, sur laquelle il s’est donc retrouvé à contresens. L’homme qui a continué sa course s’est rapidement placé sur la voie de gauche, face aux véhicules arrivant de Cergy.

Au vu de cette situation périlleuse, les policiers ont décidé d’intervenir rapidement et ainsi éviter une collision qui pourrait avoir des conséquences critiques.

Il percute la voiture de police

Le fonctionnaire au volant du véhicule sérigraphié s’est placé à la hauteur de celui du chauffard pour lui imposer de s’arrêter. Ce dernier a alors percuté le véhicule de police. Il a ensuite stoppé sa 208 au milieu de l’autoroute A15 alors que le jour n’était pas encore levé.


(photo Actu17)

Sans perdre un instant, deux des policiers ont jailli de leur voiture et ont procédé à son interpellation mais le mis en cause s’est violemment opposé à son arrestation, insultant les forces de l’ordre. Les deux autres fonctionnaires munis de lampes torches se sont placés devant les deux véhicules à l’arrêt pour alerter les automobilistes arrivant face à eux à pleine vitesse, dans le but d’éviter un accident de la route.

Trois véhicules s’encastrent

Cela n’a pas suffit. Seulement quelques instants après, un automobiliste n’a vraisemblablement pas vu les policiers et a percuté brutalement leur voiture et la Peugeot 208, qui ont été projetées à plusieurs mètres selon une source policière. Les deux policiers qui étaient restés sur la route ont tout juste eu le temps de se jeter sur le côté pour ne pas être renversés.

Un second véhicule puis un troisième sont venus s’encastrer à leur tour dans la première voiture accidentée. Des renforts sont alors arrivés, permettant de mettre en place un périmètre de sécurité.

Trois blessés dont un policier

Les sapeurs-pompiers ont alors pris en charge deux personnes blessées qui se trouvaient dans les véhicules impliqués dans ce carambolage : un homme ainsi qu’une femme qui présentait une fracture au bras. Ces derniers ont été conduits à l’hôpital et leurs jours ne sont pas en danger.

L’un des quatre policiers a été blessé à la main en interpellant le mis en cause qui s’est rebellé. Son Incapacité totale de travail (ITT) doit encore être évaluée. Les quatre fonctionnaires qui sont particulièrement choqués par ce qu’ils ont vécu, pourraient également se voir attribuer une ITT concernant le retentissement psychologique.

(photo Actu17)

Déjà interpellé en janvier pour conduite sous l’empire d’un état alcoolique

Le chauffard âgé de 26 ans, originaire de Seine-Saint-Denis, a été placé en garde à vue. L’homme a refusé de se soumettre au dépistage d’alcoolémie à son arrivée au commissariat et a été placé en cellule de dégrisement puisqu’il était en état d’ivresse.

Le mis en cause avait déjà été interpellé en janvier dernier pour des faits de conduite sous l’empire d’un état alcoolique et d’outrage et rébellion selon cette même source. De plus, il conduisait alors que son permis de conduire était suspendu.

En fin d’après-midi vers 17 heures, près de 10 heures après les faits, l’homme a accepté de se soumettre au test d’alcoolémie. Il avait encore un taux de 0,50 mg d’alcool par litre d’air expiré, soit 1 gramme d’alcool par litre de sang.

Écroué à la maison d’arrêt d’Osny

Le mis en cause a été déféré à l’issue de sa garde à vue ce lundi soir pour être jugé en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Pontoise. Son jugement n’a pu avoir lieu à cause de la grève des avocats. Le prévenu sera finalement jugé le 13 mars prochain. En l’attente, il a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Osny.