Val-d’Oise : Les 3 meurtriers présumés piégeaient les homosexuels sur internet


Illustration. (Adobe Stock)

Trois hommes sont soupçonnés par la justice d’avoir tué un quinquagénaire et agressé deux autres personnes.

Trois individus ultra-violents, âgés de 18 à 19 ans, ont été mis en examen à Pontoise avant d’être placés en détention provisoire. La justice les soupçonne d’avoir poignardé à mort un homme de 55 ans et d’en avoir agressé deux autres. Toutes les victimes ont deux points communs : leur homosexualité et leur quête d’amour, rapporte Le Parisien.

Poignardé à mort chez lui

L’enquête criminelle a débuté le 22 janvier 2018, lorsque policiers et pompiers ont découvert le corps inerte d’un quinquagénaire à son domicile de Jouy-le-Moutier (Val-d’Oise). Ce comptable de profession avait été poignardé à mort dans son salon.

Un suspect rapidement identifié

Rapidement, les investigations de la brigade criminelle de Versailles avaient permis de déterminer que la victime attendait un jeune homme rencontré sur un site de rencontre gay. Les enquêteurs n’ont pas tardé à identifier le principal suspect de l’homicide : un jeune homme de 19 ans.

Trois jours après les faits, les policiers l’ont interpellé et placé en garde à vue. Malgré ses dénégations devant les enquêteurs, il a été mis en examen et placé en détention provisoire.


Un trio ultra-violent

Les investigations ont permis de déterminer que le suspect n’agissait pas seul mais avec deux complices. Deux autres faits similaires, qui s’étaient produits en 2017, ont pu être reliés aux trois suspects.

Lors de la première agression, la victime, elle aussi poignardée, avait été hospitalisée dans un état grave. La deuxième agression visait aussi un homosexuel, qui avait été également attaqué à son domicile.

Les trois agresseurs sous les verrous

Les deux complices présumés ont été interpellés le 26 mars dernier à Épinay-sur-Seine en Seine-Saint-Denis et à Deuil-la-Barre dans le Val-d’Oise.

Le premier suspect interpellé a été reconnu par les victimes comme étant celui qui tenait le couteau lors des agressions. Les trois jeunes hommes encourent la perpétuité pour assassinat relate le quotidien francilien.