Val-d’Oise : Un père roué de coups par 4 hommes devant ses enfants pour avoir demandé le port du masque


Illustration. (Shutterstock / Isachic)

Un quadragénaire a été roué de coups à Soisy-sous-Montmorency (Val-d’Oise), sous les yeux de ses jeunes enfants, pour avoir osé demandé à un homme de porter un masque de protection respiratoire dans un lieu clos.

La scène, filmée par une caméra de vidéosurveillance, est particulièrement violente. On peut y voir quatre hommes, dont deux armés de bâtons ou de barres de fer, entrer dans une laverie du Val-d’Oise puis passer à tabac un client. L’agression s’est déroulée dimanche peu avant 17 heures à Soisy-sous-Montmorency, sous le regard impuissant de ses deux enfants de 5 et 7 ans.

L’origine de ce déferlement de violence se trouverait dans un différend né d’une demande toute simple : « Je lui ai demandé de mettre son masque, il a refusé. Le ton est monté », explique au journal Le Parisien le père de famille de 44 ans, Augustin M., en parlant de l’un de ses agresseurs.

Un traumatisme crânien et des contusions

Le quadragénaire a déposé plainte ce lundi pour « violences aggravées suivies d’incapacité n’excédant pas 8 jours ». Il s’est, en effet, vu délivrer six jours d’Incapacité totale de travail (ITT) pour un traumatisme crânien et plusieurs contusions au coude, au torse et au dos.

Sur les images de la vidéosurveillance, visionnées des dizaines de milliers de fois depuis leur publication sur internet, on aperçoit deux hommes armés se placer de part et d’autre de la victime, avant de la rouer de coups.


Deux autres individus le frappent, vraisemblablement à mains nues. Le père de famille s’effondre et semble inconscient l’espace de quelques instants, mais les coups se poursuivent. Personne ne s’interpose aux violences malgré la présence de plusieurs témoins.

Ses deux enfants traumatisés

« Je vois deux personnes rentrer avec une batte de baseball métallique », raconte le père de famille sur BFMTV, puis il subit un déchaînement de violences : « J’ai reçu des coups au niveau du dos, de la tempe. Je me suis retrouvé par terre à saigner abondamment, avec une perte de connaissance ».

Finalement, les pompiers et le SAMU sont arrivés sur place pour le prendre en charge et le conduire à l’hôpital Simone-Veil à Eaubonne.

« J’aurais des séquelles probablement irréversibles, j’ai du mal à voir correctement, je n’entends plus très bien de l’oreille droite. C’était un meurtre », ajoute-t-il, encore sous le choc.

Pire que les violences subies, pour ce père de famille, c’est le traumatisme causé à ses deux jeunes enfants qui l’inquiète. « Ils m’ont vu en sang sur le sol » confie-t-il ému, au quotidien francilien, ajoutant que le plus âgé a des difficultés à dormir et que le plus jeune pleure.