Var : Il tue sa femme par arme à feu peu après l’intervention des gendarmes


Illustration. (JPstock / Shutterstock)

Un homme de 51 ans est accusé d’avoir tué sa femme par arme à feu ce samedi à Vidauban (Var). Les gendarmes étaient intervenus au domicile du couple une heure plus tôt.


Une femme a sollicité les gendarmes à 19h34 ce samedi, expliquant que son mari la menaçait avec un couteau. Les militaires se sont rendus sur place à Vidauban, à 19h52, alors que la victime s’était réfugiée chez un voisin a indiqué le procureur de la République de Draguignan. Le mari avait quitté les lieux.

Les forces de l’ordre ont alors invité « avec insistance la victime à quitter le domicile pour se rendre dans sa famille ».

Les gendarmes « étaient déjà intervenus par le passé pour des différends de voisinage ainsi que des faits de violences dont les plus récents dataient d’une dizaine de jours, faits à l’issue desquels le mari avait été interdit d’entrer en contact avec son épouse et autorisé à ne se rendre au domicile que pour les seuls besoins de son exercice professionnel » a précisé le magistrat, ajoutant que la victime avait déposé plainte.

La victime affirme que son mari est muni d’une arme à feu, la communication se coupe

Mais une heure plus tard, à 21 heures, les gendarmes ont rappelé la victime afin de s’assurer qu’elle avait bien quitté les lieux. Cette dernière leur a expliqué qu’elle était en train de monter dans sa voiture, lorsqu’elle a soudainement été prise de panique en voyant son mari revenir vers elle, muni d’une arme à feu.

L’appel téléphonique a alors été coupé et les gendarmes se sont rapidement rendus sur les lieux. Les militaires sont arrivés sur les lieux à 21h06, mais il était déjà trop tard. Ils ont découvert la femme morte, tuée par arme à feu. Les voisins ont affirmé avoir entendu plusieurs coups de feu.

Déjà condamné pour violences conjugales

L’auteur présumé a été interpellé ce lundi vers 20 heures après une course-poursuite d’une demi-heure précise La Dépêche. L’homme a été placé en garde à vue.

Ce dernier avait par ailleurs déjà été condamné à une peine de prison avec sursis en 2014, pour des faits de violences conjugales, avec sa précédente femme.