Var : L’afficheur aux 400 panneaux égratigne le pouvoir en 4 par 3


Michel-Ange Flori commente l’actualité sur ses panneaux de 4 mètres par 3 dans le Var. (Twitter / M-A. Flori)

Habitué des polémiques, ce chef d’entreprise varois tacle la classe politique par affiches interposées.

Il s’est fait connaître du grand public parallèlement au mouvement des Gilets jaunes, grâce à quelques messages qui ont fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Michel-Ange Flori est propriétaire de 400 panneaux d’affichage de 4 mètres par 3 dans le Var, et il en profite pour publier des messages personnels et commenter des faits d’actualité avec humour.

« Beaucoup menacé, rarement poursuivi, jamais condamné »

Ce corse âgé de 60 ans entend militer pour la liberté d’expression. Et pour ce faire, il utilise deux de ses panneaux : l’un à Toulon, l’autre sur une quatre-voies de La Seyne-sur-Mer.

Son dernier fait d’arme met en scène l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy grimé en mafieux et l’ancien maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, habillé en prisonnier en référence à sa récente incarcération.

Si sa liberté de parole en amuse beaucoup, elle lui a valu des pressions souvent et plus rarement des procès : « Beaucoup menacé, rarement poursuivi, jamais condamné », explique-t-il non sans malice.

Le chef d’entreprise se saisit de l’actualité quand il lui « paraît bon de la commenter » affirme-t-il. Et il est très prolixe ! En témoignent les photos de ses panneaux, publiées sur ses comptes Facebook et Twitter.


Avant de faire fortune, Michel-Ange Flori a connu plusieurs petits boulots, et il affirme même avoir été CRS pendant quinze mois, avant de se faire révoquer pour une « bagarre », relate Sud-Ouest.