Villeurbanne : Accusé d’avoir violemment agressé 7 femmes dans la rue en 10 jours, un adolescent de 16 ans écroué


Illustration. (Shutterstock)

Le mis en cause âgé de 16 ans a été interpellé par les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) alors qu’il rodait dans les rues de Villeurbanne (Rhône) et regardait avec insistance les femmes.

Un adolescent accusé d’avoir violemment agressé sept femmes en l’espace de dix jours vient d’être mis en examen et conduit en prison. Ces agressions à répétition commises à Villeurbanne avaient provoqué de vives inquiétudes chez les habitants et le sujet avait été abordé sur les réseaux sociaux.

L’affaire a débuté par une triple agression visant trois femmes différentes, ce mardi. Une femme âgée de 51 ans, médecin, a été violemment agressée dans un parking souterrain de sa résidence peu après minuit. Son agresseur l’a coincée contre un mur avant d’exhiber une arme blanche. Il l’a frappée avec mais la victime a été protégée par son sac à main. L’auteur en a profité pour lui arracher son bien et a pris la fuite.

Couteau sous la gorge

Une heure plus tard, c’est une enseignante âgée de 35 ans qui a été attaquée. Cette dernière rejoignait son domicile lorsqu’un homme l’a saisie par le cou en arrivant dans son dos. L’agresseur a placé un couteau sous sa gorge et l’a amenée de force à proximité d’un hall d’immeuble, à l’abri de la lumière. Il a finalement décidé de la relâcher et a disparu.

La police a ensuite appris qu’une étudiante âgée de 28 ans avait été agressée sexuellement dans la soirée, vers 19h45, dans la rue Frederic Fays. L’agresseur était arrivé là aussi dans son dos et l’avait étranglée, avant de lui retirer son masque de protection respiratoire et de tenter de l’embrasser de force. L’auteur a aussi menacé la jeune femme de la poignarder. Pour calmer son agresseur, elle a décidé de lui proposer un billet de 50 euros. Une stratégie qui a fonctionné et l’homme s’est éclipsé.

Avertis, les policiers ont rapidement fait le rapprochement entre ces trois agressions au mode opératoire semblable, commises par le même individu selon les premiers éléments. D’autant que deux autres victimes se sont présentées au commissariat le lendemain des faits pour déposer plainte.

Une femme violemment agressée et blessée

Une femme de 27 ans, enseignante, a raconté avoir été agressée à 8 heures ce mercredi, alors qu’elle était sur le chemin de son travail. Son agresseur l’a étranglée par derrière et l’a menacée avec un cutter, avant de la faire chuter au sol et de prendre la fuite. La victime s’est vu délivrer 4 jours d’Incapacité totale de travail (ITT).

Une retraitée de 64 ans a quant à elle expliqué qu’elle avait été victime d’une agression le dimanche 6 septembre. Un homme arrivé dans son dos l’a étranglée et l’a fait tomber par terre. Il lui a volé son sac à main et a disparu.

Les enquêteurs de la sûreté départementale du Rhône ont ouvert une cellule d’enquête spécifique afin de regrouper l’ensemble des éléments à leur disposition et ainsi identifier au plus vite l’auteur des faits, dont la description a été donnée par plusieurs victimes.

Une fausse piste

Ce jeudi, les policiers ont d’abord interpellé et placé en garde à vue un premier suspect âgé de 19 ans, domicilié à proximité du lieu de ces agressions. Déjà connu des services de police, il a été rapidement mis hors de cause et remis en liberté.

L’enquête s’est accélérée par l’intermédiaire de la vigilance des policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) départementale. Leur attention a en effet été attirée par un individu suspect qui se trouvait aux abords de l’école Jules Guesde de Villeurbanne. Cet adolescent observait attentivement les femmes dans la rue. Un contrôle d’identité a été réalisé et une petite quantité de produits stupéfiants a été découverte sur lui. Suffisamment pour l’interpeller et le placer en garde à vue.

En y regardant de plus près, les enquêteurs de la sûreté départementale ont constaté que l’adolescent correspondait à la description du suspect recherché dans leur affaire d’agressions en série. Ce dernier a été immédiatement placé en garde à vue pour agression sexuelle, violences avec arme et vols aggravés.

Les policiers ont ensuite fait le lien avec deux autres agressions commises le 31 août et le 9 septembre contre une femme de 77 ans et une adolescente âgée de 16 ans.


Mis en examen et écroué

Le mis en cause qui est déjà connu des services de police a été déféré au parquet et a reconnu les sept agressions, mais n’a pas su expliquer ses motivations.

Mis en examen, l’adolescent a été placé en détention provisoire vendredi soir à la prison pour mineurs de Meyzieu. Une information judiciaire devait être ouverte des chefs de vols avec arme, tentative de vol avec arme, vols avec violences, violences avec arme, agression sexuelle et usage de stupéfiants.