Violences à Dijon : importante opération de police en cours aux Grésilles et à Chenôve


Une opération de police se déroule ce vendredi matin aux Grésilles à Dijon, ainsi qu'à Chenôve. (photo préfecture)

Policiers et gendarmes mènent une vaste opération dans les quartiers des Grésilles à Dijon (Côte-d’Or), et du Mail à Chenôve ce vendredi matin. Elle est supervisée par le préfet.

140 CRS en plus des policiers locaux et des gendarmes mobiles sont actuellement mobilisés dans le cadre d’une importante opération dans le quartier des Grésilles à Dijon et du Mail à Chenôve, ce vendredi matin.

Cette intervention des forces de l’ordre fait suite à la flambée de violences qui s’est déroulée de vendredi à lundi dernier, entre des personnes de la communauté tchétchène venus des quatre coins de France, et des habitants des Grésilles notamment, issus de la communauté magrébine.

Des armes, des munitions et des stupéfiants recherchés

« Les opérations de police visent à rechercher des armes, des munitions et des stupéfiants » dans les caves et les parties communes des immeubles, a indiqué Bernard Schmeltz, préfet de région, précisant qu’il ne s’agissait pas « d’une opération judiciaire ». « C’est une opération conduite sur le fondement d’une réquisition du procureur de la République », a-t-il ajouté vers 11 heures.

« Les habitants doivent savoir que l’État ne les abandonne pas », a insisté Bernard Schmeltz.

Dans le quartier des Grésilles à Dijon, l’opération est concentrée sur les secteurs Galilée, rues d’York, Boutaric et Castelnau. Au Mail à Chenôve, des gendarmes mobiles sont en faction devant la barre Clément Ader, précise Le Bien Public.

Dans plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ce lundi, des hommes encagoulés sont apparus munis de fusils d’assaut et de pistolets, tirant en l’air. Ils ont également détruit des caméras de vidéosurveillance de la ville et ont incendié des véhicules.

Six ressortissants tchétchènes interpellés ce jeudi

Par ailleurs, six Tchétchènes ont été arrêtés ce jeudi matin dans le cadre de l’enquête portant sur les faits de « tentative de meurtre en bande organisée, violences volontaires, dégradations aggravées et incitation à la violence ». Ces interpellations ont été réalisées par le RAID et la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la police judiciaire, dans plusieurs villes, notamment à Strasbourg, Troyes et Dijon.

Trois des quatre individus interpellés lundi ont été remis en liberté. Le dernier a été condamné par la justice.

Au vu de l’ampleur du dossier et du nombre de suspects à identifier, les investigations ont été confiées conjointement à la Sûreté départementale ainsi qu’à la police judiciaire de Dijon.