Violences urbaines à Béziers : une école et un collège incendiés, policiers et pompiers attaqués


Un collège et une école ont été incendiés la nuit dernière à Béziers. (photos mairie)

Des violences urbaines ont éclaté à Béziers (Hérault) pour cette soirée d’Halloween. Une école primaire a été détruite par un incendie « criminel », tout comme plusieurs salles de classe d’un collège au cours de la nuit. Dans le même temps, les policiers et les pompiers ont été violemment pris pour cible.

La soirée a été longue pour les forces de l’ordre et les secours. Tout a commencé vers 21h45 par un départ de feu dans dans le hall d’un immeuble désaffecté près du square Georges Vallerey, rapporte le média local e-metropolitain.

Les policiers qui sécurisaient l’intervention des pompiers ont alors été visés par des jets de pierres et des tirs de mortiers d’artifice, par une trentaine d’agresseurs. Les forces de l’ordre ont répliqué par des tirs de lanceur de balles de défense (LBD 40). Il s’agissait d’un « guet-apens » explique le média qui évoque des émeutiers gantés et encagoulés.

Un pompier a été blessé

Vers 22h30, un incendie s’est déclaré dans le collège Katia et Maurice Kraft, situé dans le quartier de La Devèze. Deux salles de classe ont été détruites selon les pompiers. Peu après, c’est une école du groupe scolaire, maternelle et élémentaire, des Tamaris, qui a été incendiée. Une douzaine de classes ont été détruites. La police et la mairie ont précisé qu’il s’agissait d’un « incendie criminel ».

Un pompier a été blessé au cours de cette intervention. Ce dernier a reçu une plaque en fer qui s’est détachée d’un des bâtiments en flammes. Il a été conduit à l’hôpital.


En outre, cinq voitures, deux scooters et une dizaine de conteneurs ont été également incendiés au cours de la soirée. Du mobilier urbain a été dégradé. Des policiers de la CRS 57 ont été appelés en renfort afin de faire face à ces violences urbaines. Le calme n’est revenu que vers 2 heures du matin.

« C’est une nouvelle destruction d’équipements publics dans un quartier où nous subissons régulièrement des dégradations »

La commune de Béziers a diffusé des photos des dégâts dans les deux établissements scolaires, sur Twitter. « Incendier une école, c’est commette un crime. C’est une nouvelle destruction d’équipements publics dans un quartier où nous subissons régulièrement des dégradations. Et, une fois de plus, une minorité violente et lâche pénalise tout un quartier », a écrit le maire de la ville, Robert Ménard.


Le gouvernement a rapidement réagi

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a pour sa part « condamné avec force les exactions qui ont eu lieu à Béziers qui ont endommagé des classes d’école et de collège ».

« Incendier un établissement scolaire est une offense à la République », a déclaré de son côté le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui précise que « tout est mis en œuvre pour que leurs auteurs en répondent devant la Justice ».