Yvelines : 2 ados enlevés et forcés à remettre de l’argent à leurs ravisseurs, à quelques semaines d’intervalle


Illustration. (shutterstock)

Les vols commis avec séquestration semblent se multiplier dans les Yvelines. En quelques semaines, deux affaires au mode opératoire similaire ont été résolues.

Les derniers faits en date remontent à ce jeudi soir, et se sont déroulés à Versailles. Trois hommes menaçants se sont portés à la hauteur d’un adolescent de 16 ans qui sortait d’un restaurant Burger King. Ils l’ont contraint à monter dans leur voiture sous peine d’être passé à tabac, et lui ont volé son téléphone portable.

Trois malfaiteurs interpellés

Une fois séquestré dans le véhicule, les agresseurs lui ont ordonné de leur remettre 500 euros. Dépourvu de cette somme, l’adolescent a téléphoné à sa famille en prétextant nécessiter de cet argent rapidement car il venait d’endommager son scooter.

Les malfaiteurs n’ont pas hésité à se rendre au domicile familial de leur victime, situé à Achères, où ils se sont fait remettre 300 euros. Les policiers, qui avaient été alertés par la mère de l’adolescent, ont interpellé trois agresseurs, âgés de 18 à 21 ans, à leur sortie du logement.

Une autre affaire au même mode opératoire

Une affaire similaire a eu lieu à La Celle-Saint-Cloud, le 26 janvier dernier. Alors qu’il regagnait son domicile à pied, un jeune homme de 19 ans a été contraint de monter dans la voiture de trois individus qui venait de l’intercepter, vers 1h45.


Roué de coups et dépouillé de sa carte d’identité et de sa carte bancaire, il avait été forcé de consulter son compte en banque sans qu’aucun retrait n’ait pu être effectué, relate le quotidien francilien.

Prison ferme pour les trois ravisseurs

Les malfaiteurs l’avaient libéré à Vaucresson (Hauts-de-Seine), sans omettre de le menacer de ne rien révéler sur cet enlèvement sous peine de représailles. L’enquête des policiers a toutefois permis de les interpeller mardi, à Colombes (Hauts-de-Seine).

Le jeune homme a reconnu l’un des trois hommes, et ces derniers sont tous passés aux aveux, en minimisant les faits. Jugés en comparution immédiate ce mercredi, ils ont écopé de 4 ans de prison ferme pour l’un, de 2 ans dont 6 mois avec sursis et 2 ans de mise à l’épreuve pour les deux autres.