Yvelines : Il avoue avoir violé des pensionnaires d’une maison de retraite pour «tester sa virilité»


Illustration. (Shutterstock)

L’aide-soignant de 59 ans a d’abord nié les faits avant de reconnaître des agressions sexuelles et des viols.

Le prévenu doit comparaître à partir de ce mercredi devant cour criminelle de Versailles pour des viols commis entre 2013 et 2018. Le quinquagénaire aurait agi dans l’exercice de ses fonctions, sur des retraitées atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Surpris en plein acte sexuel

Il avait été dénoncé aux gendarmes en avril 2018, par la directrice de la maison de retraite de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines), rapporte Le Parisien. Une de ses collègues l’avait surpris durant la nuit en plein acte dans la chambre d’une résidente de 88 ans. L’aide-soignant, pantalon baissé, s’affairait sur la retraitée dénudée.

Des agissements suspects

L’attention de cette employée avait été attirée par le comportement suspect de l’aide-soignant. Il restait de longs moments en compagnie de certaines pensionnaires.

Décrit comme « solitaire, parfois agressif » et « un peu porté sur l’alcool », le suspect a été interpellé par les gendarmes et placé en garde à vue le 30 avril 2018.


Après avoir nié les faits qui lui sont reprochés, il a finalement reconnu avoir commis des attouchements et des viols sur deux autres retraitées. Lors de ses auditions, il a affirmé ne plus avoir de relations sexuelles avec sa compagne depuis des années et avoir voulu « tester sa virilité ». Le verdict est prévu pour jeudi.