Yvelines : Il découvre des milliers d’images pédopornographiques sur l’ordinateur d’un cadre d’entreprise


Illustration. (Shutterstock / Dragon Images)

Un technicien informatique, chargé de la maintenance de l’ordinateur d’un cadre, a fait une découverte sordide qui a conduit son utilisateur directement devant le juge.

Des milliers de photos à caractère pédopornographique, dont des scènes de viols d’enfants, ont été découvertes sur un ordinateur d’une entreprise de Trappes (Yvelines).

Le suspect est un cadre de 51 ans, qui aurait collectionné ces fichiers durant plusieurs années. Il a été mis en examen par un juge de Versailles ce mercredi, puis placé sous contrôle judiciaire, rapporte Le Parisien.

C’est au mois de février dernier que l’homme aux penchants pédophiles a été démasqué. Un technicien informatique était chargé de la maintenance des ordinateurs dans cette société de la zone d’activités de Trappes-Élancourt. Il a découvert des milliers d’images à caractère pédopornographique sur le poste de travail de ce cadre.

Il passe aux aveux

Le quinquagénaire a été immédiatement mis à pied par son employeur. Une enquête a été ouverte et confiée aux enquêteurs de la Sûreté urbaine d’Élancourt, qui a conduit à son interpellation ce mardi, à son domicile.


Lors de sa garde à vue, il a reconnu les faits en précisant qu’il téléchargeait ces photos sur le Darknet par lots. Aux enquêteurs, il a confié préférer celles sur lesquelles figurent des petites filles.

Interrogé sur la raison pour laquelle il a préféré stocker ces fichiers sur son poste de travail, le mis en cause a affirmé qu’il pensait que cela était « plus discret », cite le quotidien francilien.

Une « personnalité perverse » selon le psychiatre

Sur sa personnalité, l’homme a confié qu’il avait lui-même été abusé sexuellement lorsqu’il était enfant. Ce traumatisme aurait provoqué chez lui le besoin de reproduire le même schéma.

Une perquisition a été menée à son domicile et ses supports numériques ont été saisis par les enquêteurs. Ils s’attachent désormais à établir si ses penchants pédophiles se sont limités à la consultation et au téléchargement de fichiers.

Le quinquagénaire a subi une expertise psychiatrique qui a souligné qu’il était doté « d’une personnalité perverse » et qu’il était « responsable de ses actes ». Divorcé et père d’un garçon, le suspect était actif dans le milieu associatif. Il n’avait jamais fait parler de lui sur le plan judiciaire jusqu’à présent.