Yvelines : Ils piégeaient des pédophiles pour les dépouiller


Illustration Actu17 ©

Trois adolescents se faisaient passer pour une fillette sur internet et tendaient des guet-apens aux pédophiles pour les dépouiller.

Les mis en cause ont tenté de se faire passer pour des justiciers auprès des policiers. Pour ces derniers, toutefois, le caractère crapuleux de leurs agressions ne fait aucun doute. Vendredi, trois adolescents de 15 à 17 ans ont été mis en examen par un juge d’instruction de Versailles, pour extorsions.

Ils tendent des pièges à des pédophiles

Une de leurs victimes a bravé la honte et le risque d’être poursuivi en justice, pour dénoncer les agissements du trio.

Le 14 mars dernier, un jeune homme a déposé plainte auprès de la police après avoir été victime d’un guet-apens à Chatou dans les Yvelines. Aux enquêteurs, il a affirmé s’être présenté à un rendez-vous fixé avec « une personne rencontrée sur internet », sans plus de précisions. Une fois arrivé sur place vers 19 heures, trois individus encagoulés et porteurs d’une bombe lacrymogène et d’un pistolet l’avaient dépouillé.

Deux des trois agresseurs interpellés

Quelques minutes plus tard, une patrouille de la police municipale de Chatou avait repéré deux suspects correspondant au signalement des agresseurs. L’un avait pu être interpellé immédiatement, tandis que l’autre avait réussi à s’enfuir. Les enquêteurs de la Sûreté Urbaine de Saint-Germain-en-Laye avaient finalement interpellé le fuyard, un peu plus tard.


Ils avouent les faits reprochés

Face aux policiers, les mis en cause âgés de 15 et 16 ans avaient avoué les faits, rapporte Le Parisien. Ils avaient alors été laissés libre en attendant leur futur procès. Ce jeudi, le troisième suspect a été interpellé à Nanterre dans les Hauts-de-Seine.

L’enquête prend un tournant inattendu

L’arrestation du dernier complice a fait basculer l’enquête. Il a appris aux policiers qu’il s’était fait passer pour une fillette de 12 ans pour hameçonner le plaignant.

Selon lui, tout a débuté alors qu’il se faisait passer pour une jeune femme sur Instagram, selon le quotidien francilien. À la question de son âge, il avait eu finalement l’idée de répondre « 12 ans ». La réaction de certains de ses interlocuteurs l’avait surpris. L’adolescent, sans antécédent judiciaire, a confié aux enquêteurs : « Certains étaient vraiment bizarres. L’un d’eux se déshabillait et m’envoyait des vidéos sexuelles : c’était très gênant ».

Mais si pour lui, il agissait en tant que « justicier », les policiers ont insisté sur le caractère crapuleux des agressions.

3 vols aggravés et une tentative

Les policiers sont parvenus à recenser trois extorsions et une tentative. L’enquête se poursuit, même si les chances de retrouver d’autres victimes sont minces… compte tenu du contexte de ces rendez-vous.