Yvelines : Les policiers visés par des tirs de mortiers et des jets de projectiles à Trappes lors de 2 interventions


Illustration © Actu17

Les policiers ont été attaqués à deux reprises dans la nuit de dimanche à lundi, à Trappes (Yvelines), à chaque fois lors d’une intervention et par des tirs de mortiers d’artifice notamment.

Le climat est tendu dans plusieurs quartiers en Île-de-France, notamment dans les Yvelines, alors que les mesures de confinement pourraient perdurer encore plusieurs semaines. Les policiers ont été alertés qu’une trentaine d’individus étaient rassemblés dans le square Louis Pergaud à Trappes, vers 22h30. Ils se sont rendus sur place pour mettre fin à cette situation.

Dès leur arrivée, les forces de l’ordre ont été la cible de nombreux projectiles mais également de tirs de mortiers d’artifice. Certains des agresseurs étaient aussi munis de barres de fer. Les policiers ont répliqué par des grenades lacrymogènes et ont fait face aux émeutiers. Ces derniers se sont finalement dispersés près d’une heure plus tard.

De nouveau pris pour cible alors que des conteneurs poubelles ont été incendiés

Nouvelle intervention vers 01h30. Les policiers ont été avisés qu’une dizaine d’individus étaient en train d’incendier des conteneurs poubelles sur l’avenue Clément Ader, non loin du lieu de la première intervention. Les forces de l’ordre qui s’attendaient à un guet-apens, ont escorté et protégé les sapeurs-pompiers.

Une fois encore, les fonctionnaires ont été la cible de tirs de mortiers d’artifice et ont répliqué par des moyens lacrymogènes. Les agresseurs sont parvenus à prendre la fuite et aucun blessé n’a été à déplorer du côté des secours et des policiers. Au total, huit conteneurs poubelles avaient été incendiés.


Des faits similaires à Chanteloup-les-Vignes et à Sartrouville

Au cours du week-end, des incidents du même type se sont déroulés dans la cité de la Noé, à Chanteloup-les-Vignes. Mardi soir, les forces de l’ordre avaient déjà essuyé des tirs de mortiers et des jets de projectiles à Sartrouville lors d’un guet-apens, faisant suite à l’interpellation d’un individu.

Les policiers de l’Essonne ont également été confrontés à des situations comparables à Grigny ce week-end. Un hélicoptère des forces de l’ordre a été contraint de faire demi-tour alors qu’il était pris pour cible par des tirs de mortiers, dans la nuit de samedi à dimanche.