Yvelines : Un convoyeur d’argent de la drogue condamné seulement pour conduite sans permis, les 30 000 € lui sont restitués


Illustration. (photo Gendarmerie Nationale)

L’homme, âgé de 29 ans, s’est vu infliger une amende de 1 600 euros, mais l’argent qu’il transportait à destination d’un banquier occulte lui a été restitué.

Il peut s’estimer chanceux. Alors qu’il avait été interpellé pour avoir convoyé de l’argent sale pour le compte d’un trafiquant de drogue, le prévenu a été condamné par le tribunal correctionnel de Versailles uniquement pour « prise du nom d’un tiers » et « conduite sans permis ». La justice lui a rendu les 30 000 euros en espèces saisis dans sa voiture.

30 000 euros en espèces

L’enquête a débuté le 1er octobre 2017 sur une route près de Jouars-Pontchartrain (Yvelines). Une Renault Laguna avec deux hommes à bord a été interceptée par les gendarmes de Beynes.

Le conducteur, sans permis, a communiqué une fausse identité aux militaires. Sur lui, ils ont découvert une somme de 10 000 euros en espèces. La perquisition du véhicule leur a permis de mettre la main sur 20 000 euros cachés sous les sièges.

Des traces anormalement élevées de drogue sur les billets

Le conducteur a été interpellé – tout comme son passager –, mais il a eu le temps d’envoyer un message à un correspondant en utilisant un téléphone BlackBerry chiffré.


L’expertise du matériel permettra de déterminer qu’il venait d’annoncer à son commanditaire avoir été interpellé, et précisait que les gendarmes avaient découvert les 20 000 euros destinés « au Saraf », surnom des banquiers occultes chargés de blanchir l’argent de la drogue notamment.

Une analyse des billets de banque a montré un taux de dépôts de produits stupéfiants anormalement élevé sur leur surface.

Mis en examen et placés en détention provisoire

Malgré les indices qui s’accumulaient contre eux, durant leur garde à vue les deux hommes ont affirmé qu’ils étaient en route pour l’Allemagne dans le but d’acquérir une Volkswagen Golf. Les 10 000 euros en espèces ? Ils proviendraient de la vente d’une Audi, selon leurs déclarations.

Des explications qui n’ont pas convaincu la justice. Ils ont été mis en examen avant d’être placés en détention provisoire durant quatre mois, en attente de leur procès.

Des charges abandonnées

Face aux enquêteurs, le conducteur a affirmé qu’il devait donner les 20 000 euros à une personne prénommée « Saraf » à la Porte d’Orléans à Paris, relate Le Parisien. Il a aussi juré que le téléphone n’était pas à lui.

Ayant réponse à tout, il a expliqué que les résidus de drogue détectés sur les billets étaient dus à des clients de sa sandwicherie et des ventes de voitures. Les charges de « blanchiment d’argent » et d’« association de malfaiteurs » ont dû être abandonnées, faute d’élément.

La justice lui restitue les 30 000 euros

Seul le conducteur a dû comparaître devant le tribunal pour « conduite sans permis » et « prise du nom d’un tiers ». Des délits qu’ils a avoués sans rechigner, en affirmant qu’il avait eu peur lors du contrôle de gendarmerie.

« J’ai demandé et obtenu la restitution des 30 000 euros », a indiqué l’avocat de Kevin, Me Tarek Koraitem, rapporte le quotidien francilien. Affaire classée.