2000 euros d’amende pour le policier qui avait insulté ses collègues lors d’une manifestation de Gilets jaunes


Illustration. (Adobe Stock)

Un capitaine de police qui était hors service avait insulté ses collègues lors d’une manifestation de Gilets jaunes à Paris, le 21 septembre dernier. Poursuivi pour « outrage et rébellion », il a été condamné à une amende de 2000 euros.

Nicolas C., un capitaine de police de 54 ans affecté au service des technologies et des systèmes d’information de la Sécurité intérieure, également connu sous le nom de ST(SI)2, a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 2000 euros d’amende.

Le fonctionnaire n’était pas en service lorsqu’il défilait dans les rues de la capitale le 21 septembre dernier, pour la manifestation des Gilets jaunes, au moment où il a été interpellé et placé en garde à vue.

L’homme qui s’est décrit comme un sympathisant des Gilets jaunes lors de ses auditions au cours de sa garde à vue, était accusé d’avoir traité les policiers de « bande de pédales » et d’avoir opposé une résistance lors de son interpellation. Le mis en cause a été condamné pour outrage mais la rébellion n’a pas été retenue par le tribunal.

Plusieurs insultes

Le 11 octobre lors de l’audience, il a déclaré avoir dit « de loin » ce qu’il pensait des « voltigeurs ». Il s’agit du terme utilisé pour appeler les policiers de la Brigade de répression de l’action violente motorisée (BRAV-m).


Le capitaine de police a reconnu les avoir qualifiés « probablement de branleurs, éventuellement de lopettes », ajoutant qu’il avait bien utilisé le terme « bande de pédales » qui lui était reproché.

Suspendu pour 4 mois

Par ailleurs, le policier fait actuellement l’objet d’une procédure disciplinaire administrative et a été suspendu à titre conservatoire durant quatre mois, peu après les faits.