Affaire Benalla : Le parquet annonce l’ouverture d’une enquête pour «dissimulation de preuves».

Emmanuel Macron et Alexandre Benalla le 15 mars 2018. (photo Boot1D / shutterstock)

Le parquet de Paris a annoncé ce mercredi l’ouverture d’une enquête préliminaire pour des présumées « dissimulations de preuves » dans le cadre des enquêtes visant Alexandre Benalla et son entourage.


Cette nouvelle enquête ouverte vendredi dernier, a été confiée à la brigade criminelle. Les investigations portent sur le chef d' »entrave à la manifestation de la vérité » et notamment sur la disparition du coffre-fort d’Alexandre Benalla, qui se trouvait dans son appartement où le mis en cause stockait semble-t-il, des armes.

Selon le journal Libération, c’est Chokri Wakrim, le conjoint de la cheffe de la sécurité du Premier ministre, qui aurait déplacé ce coffre-fort, qui n’a pour l’heure pas été retrouvé.

Au départ de l’affaire de violences du 1er-Mai, le parquet avait refusé d’élargir le champ des investigations pour rechercher ce coffre, estimant qu’il n’y avait pas lieu d’élargir l’enquête à l’encontre de M. Benalla puisqu’aucune infraction concernant des armes ne lui était reprochée.

Les enregistrements de Mediapart

Cette nouvelle enquête vise également les enregistrements diffusées par Mediapart, où l’on entend Alexandre Benalla et Vincent Crase discuter, le 26 juillet dernier, alors qu’ils étaient tous deux mis en examen avec interdiction de rentrer en contact.

Alexandre Benalla et Vincent Crase ont été placés en détention provisoire ce mardi soir, après la révocation de leurs contrôles judiciaires respectifs.