Affaire Cédric Chouviat : «Lorsqu’on est contrôlé, on doit se soumettre à l’autorité légitime» rappelle Me Lienard


Maître Laurent-Franck Lienard.

Suite au décès de Cédric Chouviat après son interpellation à Paris ce vendredi et à l’ouverture d’une information judiciaire, nous avons interrogé Maître Laurent-Franck Lienard, avocat spécialiste de la légitime défense et dans la défense des forces de l’ordre. S’exprimant en marge du dossier, ce dernier a tenu à rappeler des considérations générales, notamment « l’autorité légitime » que représentent les forces de l’ordre, un « principe démocratique ».


« La mort d’un homme est toujours dramatique, on ne peut que s’associer à la douleur de ceux qui subissent la perte d’un être cher. C’est un point important », a tenu tout d’abord à dire Me Lienard.

« Il n’en demeure pas moins qu’il faut rappeler les principes, et le premier principe c’est la soumission passive du citoyen à l’autorité, c’est le principe démocratique », a-t-il expliqué. « Lorsqu’on est contrôlé, on doit se soumettre à l’autorité légitime que représentent les forces de l’ordre ».

« Il y a un mouvement lancé par certains avocats qui appellent à la désobéissance civique »

Maître Lienard est ensuite revenu sur les propos récents de plusieurs avocats, notamment sur Twitter, qui défient l’autorité des forces de l’ordre.

« En ce moment, il y a un mouvement lancé par certains avocats qui appellent à la désobéissance civique et donc au fait de ne plus respecter l’autorité légitime que représentent les forces de l’ordre, et ça c’est très dangereux », a prévenu le conseil.


« Donc il faut rappeler le principe : quand on est contrôlé par les forces de l’ordre, on se soumet pour deux raisons. La première c’est la simple politesse : on a affaire à des hommes et des femmes normaux qui cherchent uniquement à faire leur travail », a-t-il insisté, ajoutant : « Ils [les policiers] n’ont pas voté la loi, ils ne sont pas responsables des directions législatives. Ça c’est le rôle du parlement. Les policiers, eux, sont là pour faire appliquer la loi. Et donc il faut rappeler qu’on leur doit la simple politesse ».

« C’est le principe démocratique : force doit rester à la loi »

« La seconde raison, c’est qu’ils représentent l’État et ils représentent l’autorité légitime. Par conséquent, on n’a pas le droit de s’opposer à eux », a poursuivi l’avocat spécialiste de la légitime défense.

Il est toujours possible de déposer plainte contre les policiers a-t-il rappelé : « On a le droit de déposer plainte quand on n’est pas content, mais on n’a pas le droit de s’opposer à eux. Si on s’oppose à eux, ils vont faire usage de la force et si on fait usage de violences à leur encontre, ils vont avoir raison, parce-que c’est le principe démocratique : force doit rester à la loi ».

« On gagnerait grandement à rappeler les bons principes »

L’avocat au Barreau de Paris a conclu son propos en lançant un appel au bon sens : « Plutôt que d’essayer d’attiser le feu et d’essayer de monter les citoyens contre les forces de l’ordre, on gagnerait grandement à rappeler les bons principes et à faire en sorte que les citoyens respectent la loi et respectent les représentants de l’ordre. Cela conduirait normalement à une vie sociale plus paisible. Il s’agit de principes qui me semblent tout à fait essentiels ».

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire

Ce mardi, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris pour « homicide involontaire » suite au décès de Cédric Chouviat.

L’homme avait été interpellé par la police ce vendredi pour outrages à la suite d’un contrôle routier dans le VIIe arrondissement de Paris, puis conduit à l’hôpital dans un état critique. Les premiers éléments de l’autopsie ont conclu à une « manifestation asphyxique avec une fracture du larynx ».