Affaire de la sextape : Karim Benzema condamné à un an de prison avec sursis et 75 000 euros d’amende

Karim Benzema après un match à Madrid, le 13 mars 2021. (photo Sonia Arcos/shutterstock)

Le footballeur français Karim Benzema a été condamné ce mercredi à un an de prison avec sursis et 75 000 euros d’amende dans l’affaire de la sextape.

L’attaquant français du Real Madrid, Karim Benzema, n’était pas présent lors de l’audience, ni lors du délibéré. Le tribunal correctionnel de Versailles l’a condamné ce mercredi à un an de prison avec sursis et 75 000 euros d’amende pour « complicité de tentative de chantage » sur son ancien coéquipier de l’équipe de France, Mathieu Valbuena. Son avocat a déjà annoncé qu’il allait faire appel de cette décision. Un nouveau procès aura donc lieu.

Lors du jugement le mois dernier, le parquet avait requis 10 mois de prison avec sursis et 75 000 euros d’amende contre Karim Benzema. Ce mardi soir, l’attaquant du Real Madrid affrontait avec son club le Sheriff Tiraspol, en Moldavie. La victime, Mathieu Valbuena, qui évolue dans le club de l’Olympiakos, en Grèce, n’était pas non plus présent lors du délibéré.

Des peines de 15 mois à 2 ans et demi de prison

Les autres prévenus, dont Karim Zenati qui est un ami de Karim Benzema, a écopé d’une peine de 15 mois de prison, une peine qui sera aménagée, et 3000 euros d’amende. Younes Houass a écopé quand à lui de 18 mois de prison avec sursis. Accusés d’être les principaux maîtres-chanteurs, Axel Angot a été condamné à deux ans de prison, peine qui sera aménagée, et Mustapha Zouaoui à deux ans et demi de prison, peine non aménageable – avec mandat de dépôt -, ainsi qu’à 3000 euros d’amende.

Une vidéo intime de Mathieu Valbuena était au centre de ce procès. Après s’être emparé de ces images, plusieurs personnes l’ont contacté pour lui proposer de conserver cette vidéo confidentielle, en échange d’argent. « Il nous prend pas au sérieux », a lâché Karim Benzema à son ami Karim Zenati au téléphone, le 6 octobre 2015, après avoir discuté avec Mathieu Valbuena, au centre d’entraînement des Bleus, à Clairefontaine. La bande son a été diffusée à l’audience indique BFMTV. « Je lui ai dit : ‘Il y a pas de police, pas d’avocat, si tu veux que la vidéo soit détruite, tu vois mon ami. Si tu veux pas, fais ta vie’. Je lui ai dit : ‘Tu sais Cissé il a eu la même galère. Il a fait quoi ? Il a payé.’ Moi si je te dis que j’ai qu’une parole, la vidéo elle sort pas. Après mon ami il prend la relève. »