Affaire Estelle Mouzin : de nouvelles fouilles sont en cours dans les Ardennes


Estelle Mouzin a disparu le 9 janvier 2003. (photo Benoit Tessier/Maxppp)

De nouvelles fouilles ont débuté ce lundi dans les Ardennes, sur les terres de Michel Fourniret, pour tenter de retrouver le corps de la petite Estelle Mouzin, disparue il y a maintenant plus de 18 ans.


Les enquêteurs ne baissent pas les bras. De nouvelles opérations de recherches ont débuté ce lundi sur les terres de Michel Fourniret, dans les Ardennes rapporte Le Parisien. Les gendarmes de la section de recherche de Dijon (Côte-d’Or) et la juge parisienne Sabine Khéris espèrent découvrir le corps d’Estelle Mouzin, qui a disparu le 9 janvier 2003 à l’âge de 9 ans, à Guermantes (Seine-et-Marne). Il s’agit de la quatrième opération de recherches en un peu plus d’un an.

Les recherchent se concentrent actuellement à Issancourt, commune limitrophe de Ville-sur-Lumes, précise le quotidien francilien. C’est là que Michel Fourniret aurait amené la fillette après son enlèvement. « L’ogre des Ardennes » n’assiste pas à ces recherches à cause de son état de santé.

Son ex-femme, Monique Olivier, devrait être transportée sur les lieux ce mercredi. Jusqu’ici, elle a toujours assuré ne pas savoir ce que Michel Fourniret a fait du corps de la petite fille. Dans ce dossier, cette femme de 71 ans a été mise en examen pour « complicité ».

Un ADN partiel d’Estelle Mouzin avait été découvert sur un matelas qui se trouvait dans la maison de la sœur de Michel Fourniret, à Ville-sur-Lumes, il y a quelques mois.

Michel Fourniret a été mis en examen en novembre 2019 dans l’affaire de la disparition d’Estelle Mouzin pour enlèvement et séquestration suivis de mort. Il a par ailleurs été condamné en 2008 pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, à la perpétuité incompressible, avant d’être à nouveau condamné en 2018 pour un assassinat crapuleux. « L’ogre des Ardennes » a également été mis en examen pour la disparition et la mort de Marie-Angèle Domece et de Joanna Parrish. Des faits qu’il a reconnus devant la juge Sabine Khéris.