Amiens : Un homme de 45 ans égorgé à son domicile, un suspect en garde à vue


Illustration. (Jose Hernandez Camera 51/shutterstock).

Un homme âgé de 45 ans est mort égorgé à son domicile ce dimanche matin. Un suspect a été placé en garde à vue et un second, le tueur présumé, est recherché par la police.

Les policiers d’Amiens (Somme) ont été alertés vers 05h45 ce dimanche matin. Un homme venait d’être grièvement blessé à l’arme blanche, à son domicile situé rue Guide, près du jardin des plantes.

A leur arrivée, un homme âgé de 45 ans venait d’être pris en charge par les sapeurs-pompiers dans son appartement. Il présentait une grave blessure au niveau du cou. Conduit d’urgence à l’hôpital d’Amiens, il est décédé à 06h50 des suites de ses blessures.

Selon les premiers éléments de l’enquête, une dette liée aux stupéfiants serait à l’origine des faits. Deux hommes se sont d’abord présentés au domicile d’un locataire qui occupe un appartement au 3ème étage du même immeuble que la victime.

Ces derniers ont réclamé le paiement de la somme de 50 euros. L’habitant n’était pas en mesure de payer, il a été molesté et les deux agresseurs lui ont dérobé ses clefs de moto indique une source policière.


Il se rend chez un autre locataire et l’égorge

L’un des auteurs a alors saisi un couteau chez la victime et s’est déplacé chez un autre locataire qui vit au premier étage, pour lui réclamer à lui aussi le paiement d’une dette qui serait liée aux stupéfiants.

Ce dernier a refusé de payer et une bagarre aurait éclaté. C’est à ce moment-là que l’agresseur a poignardé la victime au niveau de la gorge, avant de prendre la fuite avec son complice qui était resté avec le premier habitant. Par ailleurs, le défunt de 45 ans était connu des services de police.

Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté urbaine d’Amiens. Elle devra faire la lumière sur les circonstances exactes de cet homicide. Les deux agresseurs ont été identifiés précise cette même source. L’un, âgé de 28 ans, a été interpellé ce dimanche après-midi et placé en garde à vue. L’auteur principal est quant à lui toujours recherché.