Assa Traoré condamnée pour atteinte à la présomption d’innocence de trois gendarmes


Assa Traoré à Paris, le 13 juin 2020. (photo Pascal Bonniere/PhotoPQR/Maxppp)

Assa Traoré a été condamné pour avoir porté atteinte à la présomption d’innocence. Elle avait accusé sur Facebook les trois gendarmes qui ont interpellé son frère Adama, avant son décès, de l’avoir tué, tout en dévoilant leur identité.

La cour d’appel a rendu son arrêt le 26 février dernier rapporte Marianne. Les trois gendarmes impliqués dans l’affaire Adama Traoré, cet homme de 24 ans décédé peu après son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) en 2016, avaient fait assigner la sœur du défunt, Assa Traoré, en décembre 2019. Cette dernière avait publié cinq posts sur la page Facebook « La vérité pour Adama » où elle mettait directement en cause les trois militaires.

Les gendarmes avaient été déboutés en première instance et avaient fait appel de cette décision. La justice leur a finalement donné raison mais n’a pris en compte que deux des cinq posts diffusés. Dans le premier, Assa Traoré affirme que son frère Adama a été « laissé pour mort ». Dans le second, elle accuse les gendarmes d’avoir « tué » son frère, en mentionnant les noms de chacun d’entre eux.

Concernant les trois autres publications, la justice n’a pas été en mesure de déterminer que la militante de 36 ans en était l’auteur.

100 euros de plus par jour de retard

Assa Traoré a été condamnée à verser la somme totale de 4000 euros aux gendarmes ainsi qu’à supprimer les deux publications sur Facebook, et à faire figurer sur cette même page, durant 15 jours, la mention de cette décision de justice. A chaque jour de retard, elle devra verser 100 euros supplémentaires.

« C’est une vraie victoire, il faut se satisfaire du jugement », a réagi Maître Rodolphe Bosselut, avocat des gendarmes, à Valeurs Actuelles.