Attentat au couteau à Londres : l’assaillant venait de sortir de prison après une condamnation pour terrorisme


Sudesh Amman a poignardé deux personnes en pleine rue avant d'être abattu par la police. (photo Metropolitan police/@iChrisyoo)

Le terroriste de Londres a été rapidement identifié par la police puisqu’il était bien connu de ses services. Sudesh Amman, 20 ans, venait tout juste de sortir de prison lorsqu’il a perpétré cet attentat.


Ce dimanche après-midi, Sudesh Amman a poignardé deux personnes en pleine rue, dans le sud de Londres (Royaume-Uni), dans le quartier de Streatham. Il avait été libéré en janvier dernier, il y a seulement quelques jours, rapportent ce dimanche soir les médias anglais.

Le terroriste avait été condamné en décembre 2018 à 3 ans et 4 mois de prison pour 13 infractions terroristes différentes, notamment pour avoir détenu des documents terroristes qu’il avait diffusés.

« Armé et prêt le 3 avril »

Sudesh Amman avait aussi fait part de son souhait de mener une attaque terroriste. A son domicile, les policiers avaient découvert un couteau de combat, un pistolet à air comprimé ainsi qu’un drapeau noir. Il avait également incité sa petite amie à décapiter ses parents, expliquait The Independent au moment de sa condamnation.

Un blogueur néerlandais avait alerté la police après la diffusion sur la messagerie chiffrée Telegram, d’une photo montrant un couteau et deux fusils posés sur un drapeau islamiste où était indiqué « armé et prêt le 3 avril ».


Sudesh Amman avait alors été identifié et arrêté par la police. Plus de 349 000 fichiers multimédias sur son ordinateur, son téléphone portable et d’autres appareils numériques lui appartenant avaient été découverts et passés au peigne fin. Certains fichiers étaient des tutoriels pour fabriquer une bombe, d’autres étaient des manuels de techniques de combat, et de combat au couteau.

Une arme à air comprimé avait été saisie au domicile familial de Sudesh Amman. (photo Metropolitan Police)

« Sa fascination pour la mort au nom du terrorisme était évidente dans un bloc-notes que nous avons récupéré chez lui »

Sudesh Amman a donc été remis en liberté avant d’avoir purgé la moitié de sa peine. Lorsqu’il avait été condamné en décembre 2018, le commandant Alexis Boon, alors à la tête du commandement antiterroriste de la police métropolitaine (la police de Londres) avait fait part de sa dangerosité :

« Sa fascination pour la mort au nom du terrorisme était évidente dans un bloc-notes que nous avons récupéré chez lui. Amman avait griffonné ses « objectifs de vie » dans le bloc-notes et, en haut de la liste, au-dessus des activités familiales, figurait la mort en martyr et le fait d’aller à « Jannah » (la vie après la mort, ndlr) ».

Sudesh Amman aurait également partagé un magazine d’Al-Qaïda dans un groupe WhatsApp où se trouvaient des membres de sa famille et aurait déclaré à ses frères et sœurs que « l’État islamique est là pour rester », selon The Guardian.

Une victime a son pronostic vital engagé

L’assaillant qui était étroitement surveillé par la police selon SkyNews, a été abattu alors qu’il venait de poignarder un homme et une femme en pleine rue. Ce dernier est entre la vie et la mort ce dimanche soir a annoncé la police. Une troisième personne a été légèrement blessée lors de l’intervention des forces de l’ordre.

Les autorités ont rapidement indiqué qu’il s’agissait d’un attentat de nature « islamiste » et que l’assaillant portait un faux engin explosif sur lui au moment des faits.