Attentat déjoué : Les 4 suspects voulaient attaquer l’Élysée et un commissariat de police


Illustration. (Shutterstock)

Les quatre hommes interpellés vendredi dernier et mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste et criminelle » avaient prévu d’attaquer le palais de l’Élysée mais également un commissariat de police.

Alors que les quatre suspects âgés de 17 à 39 ans ont été mis en examen et placés en détention provisoire ce mardi, les investigations des policiers de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) ont montré que la cellule terroriste avait déjà ciblé plusieurs lieux et effectué des repérages.

Alexandre B., Karim B., Anis M. et M.C. envisageaient d’attaquer le palais de l’Élysée à la Kalachnikov mais également le commissariat d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) selon les éléments de l’enquête révélées par Le Parisien ce jeudi.

Des repérages autour de l’Élysée

Les suspects avaient réalisé des repérages rue du Faubourg-Saint-Honoré, où se trouve le palais présidentiel, comme l’a montré le bornage de leurs téléphone portables.

L’un des mis en cause aurait affirmé bien connaître l’endroit tandis qu’un autre aurait émis l’idée de chercher une porte de service. Les enquêteurs devront déterminer si les suspects cherchaient à s’en prendre à des policiers en faction, ou à pénétrer dans le bâtiment présidentiel.


Le commissariat d’Aulnay-sous-Bois

Un autre lieu était ciblé par les mis en cause qui sont originaires de Seine-Saint-Denis, le commissariat d’Aulnay-sous-Bois. D’autre part, la cellule terroriste avait amassé la somme de 1200 euros dans le but d’acquérir un fusil Kalachnikov.

Les suspects qui échangeaient sur une messagerie chiffrée et qui se sont revendiqués comme étant de l’EI, s’étaient réunis plusieurs fois à Chelles (Seine-et-Marne). Ils avaient prévu de passer à l’acte lors du début du ramadan, c’est pourquoi les policiers les ont interpellés sans tarder.

Un mineur de 17 ans déjà condamné pour terrorisme

L’un des mis en cause est un mineur de 17 ans. Il avait déjà été condamné en 2017 pour « association de malfaiteurs terroriste » après avoir tenté de rejoindre la Syrie, alors qu’il était âgé de 15 ans. L’adolescent avait ensuite été placé en centre éducatif fermé.

Les trois autres suspects n’étaient connus des services de police que pour des faits de droit commun. L’un d’entre eux qui est le plus âgé, Alexandre B., est fonctionnaire à la mairie de Paris et travaille dans un stade situé au nord de Paris.