Bordeaux : Un homme tué de plusieurs coups de couteau à son domicile, un suspect en garde à vue


Illustration. (IP3 RESS/MAXPPP)

Le corps d’un trentenaire a été découvert à son domicile, tué de plusieurs coups de couteau, ce mercredi. Le principal suspect a été interpellé et il est passé aux aveux.


Un homme de 31 ans a été tué à coups de couteau dans son appartement de Bordeaux (Gironde), ce mercredi à la mi-journée, rapporte Sud Ouest. La victime, Florent Morin, habitait dans ce modeste studio, situé au numéro 1 de la rue Dumaine. L’agresseur se serait acharné sur sa victime.

La macabre découverte a été faite par des policiers de la brigade anti-criminalité (BAC). Le trentenaire gisait au sol, devant son canapé clic-clac. La scène de crime a été bouclée et les techniciens de l’identité judiciaire ont pris le relais pour effectuer des constatations.

Un médecin légiste s’est également rendu sur place. L’enquête criminelle a été confiée à l’unité de recherche judiciaire (URJ) de la Sûreté départementale. Une autopsie doit avoir lieu rapidement.

Un suspect retrouvé avec un couteau ensanglanté

C’est une patrouille de policiers à VTT qui a permis la découverte de ce crime. Vers 12h30, les fonctionnaires en mission de sécurisation ont contrôlé un homme, âgé de 31 ans. Ils ont découvert sur lui un couteau et l’ont interpellé pour « port d’arme prohibé », rapporte France 3. Les fonctionnaires ont repéré des « traces rougeâtres pouvant s’apparenter à du sang séché » sur le couteau, a indiqué Jean-Luc Puyo le procureur adjoint.


Interrogé durant sa garde à vue sur l’origine du sang présent sur l’arme, il aurait indiqué avoir commis l’irréparable, et orienté les fonctionnaires vers cet appartement, dans lequel les policiers de la BAC ont découvert le cadavre. À 14 heures, sa garde à vue a été élargie pour « homicide volontaire ».

Les deux hommes se connaissaient

Le meurtrier présumé et la victime se connaissaient, a précisé le procureur adjoint, ajoutant qu’ils s’étaient rencontrés quatre ans auparavant, dans un établissement psychiatrique où la victime était suivie.

Le trentenaire soupçonné du meurtre y avait été admis après une tentative de suicide. Il habitait dans une tente depuis le mois de mars, et tous deux se promenaient parfois ensemble dans les rues de la ville.

Mercredi soir, le suspect était toujours auditionné par les enquêteurs et une perquisition devait avoir lieu à son domicile. Le contenu de son téléphone portable devait également être exploité, pour tenter de tracer précisément son emploi du temps et de comprendre les circonstances de ce drame. Jeudi, sa garde à vue a été prolongée.

13 faits à son casier judiciaire

La victime n’avait pas d’antécédent judiciaire. En revanche, le suspect était connu pour 13 faits inscrits à son casier judiciaire, notamment pour port d’arme, vol, dégradations, violences sur personne dépositaire de l’autorité publique ou encore menaces de mort.