Castres : Une femme séquestrée et violée dans un camp de gens du voyage durant plus d’un an


Illustration. (PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP)

Une mère de 57 ans et son fils de 32 ans ont été mis en examen pour enlèvement, séquestration, viol et proxénétisme aggravé. Ils sont accusés d’avoir maintenu une femme de 46 en esclavage pendant plus d’un an.

Elle a vécu un terrible calvaire. Une femme de 46 ans a déposé plainte en 2017 après avoir réussi à s’évader d’un camp de gens du voyage dans lequel elle était retenue depuis l’été 2016, selon une source policière.

Au cours de cet été de 2016, elle avait sympathisé avec une femme issue de la communauté des gens du voyage qui l’avait faite venir sur le camp de la Vivarié à Castres (Tarn). Elle y restera séquestrée durant de longs mois, pendant plus d’un an.

Considérée comme vulnérable et fragile psychologiquement, la victime a été réduite à l’esclavage et détenue dans une caravane où des clients se rendaient. Elle était soumise à la prostitution.

Mis en examen et écroués

L’enquête a permis d’identifier deux suspects, une mère et son fils, qui ont été interpellés au cours d’une opération de police ce mardi dans le camp de gens du voyage.


Ces derniers âgés respectivement de 57 et 32 ans, ont été déférés devant le pôle d’instruction criminelle du parquet de Toulouse, puis mis en examen pour enlèvement, séquestration, viol et proxénétisme aggravé. Ils ont été placés en détention provisoire.

La victime qui est traumatisée, a de son côté quitté la région de Castres.