Clermont-Ferrand : Des pompiers attaqués, des dégradations et des interpellations durant la manifestation des Gilets jaunes.


De violents incidents se sont déroulés à Clermont-Ferrand durant la manifestation des Gilets jaunes ce samedi. (captures écran Snapchat)

L’Acte XV des Gilets jaunes à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) a été le théâtre de violents incidents ce samedi 23 février. Une trentaine de personnes ont été interpellées a annoncé la préfecture ce soir. La manifestation avait été organisée dans le cadre d’un rassemblement régional.


Un dispositif exceptionnel avait été mis en place par les autorités en prévision de la manifestation des Gilets jaunes et « de nombreux contrôles en amont et sur zone sont opérés depuis tôt ce (samedi) matin par les forces de l’ordre », a précisé la préfète du Puy-de-Dôme dans un communiqué.

Environ 2500 manifestants se sont rassemblés au centre-ville de Clermont-Ferrand. « 5000 à 6000 » selon les organisateurs qui ont évoqué aussi la présence de 150 casseurs, venus de l’extérieur de la ville. Le cortège est arrivé place de Jaude vers 15h30.

Les premiers incidents se sont produits sur l’avenue des États-Unis et au niveau de la rue Saint-Dominique, où les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et de Lanceurs de balles de défense (LBD). Des poubelles ont également été incendiées et des commerces dégradés, notamment des banques. Les forces de l’ordre étaient appuyés par la présence d’un hélicoptère.

Des sapeurs-pompiers attaqués durant leur intervention

Des incidents ont également eu lieu autour du palais de justice. Des individus cagoulés ont arraché des pavés du sol à plusieurs endroits, pour les jeter sur les forces de l’ordre.

Par ailleurs, des sapeurs-pompiers ont été attaqués par des dizaines d’individus alors qu’ils intervenaient sur la place de Jaude, pour éteindre un incendie. Les soldats du feu ont été caillassés, obligeant les policiers à intervenir pour repousser les agresseurs comme le montrent les images d’Arthur Carpentier, journaliste à France 3.

La préfète de Puy-de-Dôme a condamné « fermement l’agression par des casseurs de plusieurs pompiers en intervention place de Jaude. Les policiers sont intervenus rapidement pour assurer leur sécurité ».

Des armes saisies en amont

Au total ce sont une trentaine de personnes qui ont été interpellées à Clermont-Ferrand ce samedi, en lien avec la manifestation des Gilets jaunes, dont une majorité qui ont été placées en garde à vue.

La préfecture avait mis en place des contrôles en amont du lieu de la manifestation. Plusieurs personnes ont été interpellées avec des armes par destination, notamment « des boules de pétanque, batte de baseball et pied de biche » a indiqué la préfecture.

Un couteau et un pistolet d’alarme ont également été saisis sur des interpellés. 13 personnes avaient déjà été interpellées à 12h30 alors que 7 d’entre-elles avaient été placées en garde à vue.

« Des professionnels de la violence, très organisées »

Ce soir vers 20h30 lors d’une conférence de presse, la préfète du Puy-de-Dôme Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, a évoqué « une violence extrême ». « Les CRS qui sont intervenus m’ont décrit avoir vu des professionnels de la violence, très organisées » a-t-elle expliqué.

« Jusqu’à présent, Clermont-Ferrand avait été épargné grâce à l’esprit responsable des manifestants locaux et des forces de l’ordre, mais ce samedi la violence s’est déchainée » a ajouté la préfète, qui a « remercié les forces de l’ordre qui se sont heurtées à une grande violence ».

Le maire de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi s’est lui aussi exprimé ce soir : « C’est à la fois une tristesse, un agacement parce qu’il faut savoir dire ça suffit. Mais je suis assez fier de la manière dont nous avons géré ».

Le maire a également remercié « les forces de l’ordre, les pompiers, le personnel soignant, les agents de la ville et de la métropole pour leur engagement aujourd’hui à Clermont-Ferrand et je salue la parfaite coordination des différents services ».

46.600 manifestants en France selon les autorités

46.600 manifestants ont été recensés partout en France lors de l’Acte XV des Gilets jaunes, dont 5800 à Paris, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

« La violence, toujours. Les exactions commises en marge des rassemblements de Clermont-Ferrand, Rouen, Montpellier… sont intolérables », a écrit Christophe Castaner sur Twitter.