Confinement : Il s’oppose à un contrôle et frappe les gendarmes à coups de poing, 3 sont blessés


Illustration. (JPstock / Shutterstock)

Deux individus ont été interpellés ce jeudi soir à L’Isle Adam (Val-d’Oise) après un contrôle lié aux mesures de confinement. L’un a violemment frappé plusieurs gendarmes, leur crachant dessus. Trois militaires ont été blessés et se sont vu attribuer 5 jours d’ITT.

Un simple contrôle s’est terminé par des insultes, des coups, mais surtout une double interpellation. Vers 18 heures ce jeudi, les gendarmes de l’Isle-Adam ont aperçu le conducteur d’une voiture qui était stationnée sur un emplacement réservé au Taxi, à proximité de l’Hôtel de ville, et ont décidé de le contrôler.

L’homme n’avait pas d’attestation dérogatoire de déplacement et a rapidement haussé le ton, insultant les militaires. Alors qu’il allait être interpellé, la situation s’est envenimée. Le frère du contrevenant qui se trouvait dans un commerce à proximité, est arrivé. L’homme a lui aussi insulté les forces de l’ordre qui lui demandaient de rester à l’écart du contrôle.

Des coups de poing au visage et des crachats

Ce dernier a tenté de s’introduire de force au milieu de l’intervention malgré que les gendarmes le repoussaient. Il a alors frappé plusieurs militaires à coups de poing au visage, portant également des coups de coude, et leur crachant dessus indique une source proche de l’enquête.

Face à cette violence sous les yeux de témoins stupéfaits, des renforts ont été demandés. L’un des gendarmes a tenté de maîtriser l’agresseur en utilisant son pistolet à impulsion électrique, en mode contact, sans y parvenir. Le mis en cause a tout de même été arrêté peu après, alors qu’il tentait de prendre la fuite.


Âgé de 27 ans, il a été placé en garde à vue pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique mais également pour outrages. Son frère qui s’est rebellé lors de son interpellation, a lui aussi été placé en garde à vue.

L’auteur présumé des violences écroué

Au cours de cette intervention, trois gendarmes ont été blessés et se sont vu attribuer 5 jours d’Incapacité totale de travail par l’Unité médico-judiciaire (UMJ) de l’hôpital de Pontoise. Ces derniers ont déposé plainte.

L’auteur présumé des violences a été déféré ce samedi matin au tribunal de Pontoise et sera jugé en comparution immédiate ce mardi après-midi. Déjà connu des services de gendarmerie et de police, il a été placé en détention provisoire en l’attente de son jugement. Son frère, qui a reconnu les faits, comparaîtra quant à lui devant la justice en septembre prochain dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).