Coronavirus : «La date de lever du confinement pourrait être remise en question» prévient Olivier Véran


Le ministre de la Santé Olivier Véran le 13 mars 2020. (photo IP3 PRESS/MAXPPP)

Le ministre de la Santé Olivier Véran est revenu dans une interview accordée au journal Le Parisien, sur le 11 mai et le début du déconfinement, expliquant que la date pourrait être « remise en question » si « le nombre de nouveaux malades devait être trop élevé ».

Rien est encore acté pour le gouvernement. Olivier Véran s’est longuement exprimé auprès du Parisien ce samedi, revenant sur la crise sanitaire du coronavirus qui frappe durement la France et une grande partie du monde. Le pays « va devoir vivre avec ce fichu virus, c’est une course de fond », a-t-il admis, expliquant d’autre part qu’il comprenait que les Français « en aient marre » des mesures de confinement.

La première question posée au ministre qui est également médecin, concerne le début du déconfinement, le lundi 11 mai. Aura-t-il bien lieu à cette date ? « Nous avons un objectif : qu’au 11 mai, il y ait suffisamment peu de malades par jour à tester, tracer et isoler pour réussir le déconfinement », répond Olivier Véran. « Si le confinement est bien respecté jusqu’au bout, le couvercle aura été mis sur la casserole de l’épidémie, et nous pourrons déconfiner progressivement dans les meilleures conditions », poursuit-il.

« Tout le scénario construit dépend du respect, jusqu’au dernier moment, du confinement »

A l’inverse, « si le nombre de nouveaux malades devait être trop élevé, la date de lever du confinement pourrait être remise en question et sera appréciée selon les départements », prévient le ministre de la Santé, avant de se montrer toutefois rassurant : « Les dernières modélisations des scientifiques laissent penser que le confinement pourra être progressivement levé comme prévu le 11 mai ». « Tout le scénario construit dépend du respect, jusqu’au dernier moment, du confinement », insiste-t-il.

« Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai », avait déjà prévenu le Premier ministre Édouard Philippe à l’Assemblée nationale ce mardi, lors de la présentation du plan de déconfinement.


En Allemagne, qui a choisi de lever une partie des mesures de confinement, le « Ro » (le facteur de reproduction du virus) a augmenté après seulement une semaine. En France, il « était descendu à 0,5 » mais « est aujourd’hui remonté à 0,6 ».

« C’est le signe d’un certain relâchement, même si en l’état l’épidémie reste en déclin, puisque 0,6, cela signifie que 10 malades ne contaminent que 6 malades la semaine suivante », précise Olivier Véran, rappelant qu’en Allemagne « il a été réévalué entre 0,9 et 1 à la suite du début du déconfinement ».

« A titre personnel, je ne m’engagerais pas sur l’achat d’un billet d’avion »

La question des vacances d’été est dans la tête de tous les Français. Olivier Véran demande du temps sur ce sujet. « Il y a, hélas, peu de chance pour que le virus décide, lui, de partir en vacances », dit-il.

« Je ne sais pas si les plages pourront être ouvertes » en France. « A titre personnel, je ne m’engagerais pas sur l’achat d’un billet d’avion. Ne soyons pas trop pressés de faire des réservations », demande Olivier Véran.

« Des avis ont changé » concernant le port du masque

Le 6 mars dernier, le ministre de la Santé avait déclaré que « l’usage des masques en population générale n’est pas recommandé et n’est pas utile ». « Il n’y a aucun revirement, mais une évolution scientifique très forte », réagit-il.

« Jusqu’au 1er avril, toutes les recommandations ne prônaient pas le port du masque en général. Je pense à l’Académie de médecine, au Conseil scientifique, au Haut Conseil de santé publique, à l’OMS. Mais à partir du 1er avril, des avis ont changé », explique le ministre. « Dès que nous avons eu un avis recommandant le port du masque, nous avons donc aussi évolué ».

Des réserves concernant le professeur Didier Raoult

Olivier Véran a ensuite été interrogé au sujet du professeur Didier Raoult qui a déclaré lors d’une interview jeudi soir à BFMTV, que « le coronavirus n’est pas d’une contagiosité extrême et d’une mortalité extraordinaire ». « Le professeur Didier Raoult est inventif, ingénieux, c’est un touche-à-tout, capable de trouver des solutions pour faire face à une forte demande de tests », admet le ministre de la Santé.

« Je ne lui enlève aucune de ses qualités. Mais je dirais qu’en terme de prévision, je préfère me référer à des experts qui ne disent pas qu’il y aura moins de morts du coronavirus que par accidents de trottinette », poursuit-il.

Le ministre de la Santé explique par ailleurs qu’il « travaille tous les jours jusqu’à tard la nuit ». « Mon appartement de fonction est au même étage que mon bureau. Je dois faire à peu près 400 pas par jour », reconnait Olivier Véran qui a fêté ses 40 ans avec ses amis et sa famille « en visio ».

Compte tenu de sa « mission », il admet ensuite qu’il ne vit pas le confinement « de la même façon que beaucoup de Français ». « J’arrive parfaitement à me projeter dans la difficulté du confinement. Je comprends qu’ils en aient marre. Je suis épaté par leur capacité à l’avoir respecté », ajoute-t-il.