Coronavirus : Le professeur Didier Raoult quitte le Conseil scientifique d’Emmanuel Macron


Professeur Didier Raoult, infectiologue et directeur de l'Institut hospitalo-universitaire de Marseille. (capture vidéo Youtube / IHU Méditerranée-Infection)

Directeur de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille (Bouches-du-Rhône), le professeur Didier Raoult a procédé au dépistage massif du Covid-19 et au traitement à l’hydroxychloroquine « des malades fébriles » contre l’avis d’une partie de ses pairs. Il vient de claquer la porte du Conseil scientifique du président de la République.


Les relations ne sont pas au beau fixe entre le gouvernement et le professeur Didier Raoult, c’est le moins que l’on puisse dire. Ce mardi matin, l’infectiologue de renommée internationale a déclaré : « Je ne participe plus au Conseil scientifique réuni autour d’Emmanuel Macron », au journal Les Echos, en précisant toutefois qu’il ne démissionnait pas.

Dans un message publié sur les réseaux sociaux accompagné d’une intervention en vidéo, le professeur a indiqué : « Je suis en contact avec le Ministère et avec le Président de la République pour leur dire ce que je pense. Je reste en contact avec eux directement, car le conseil ne correspond pas à ce que je pense devoir être un conseil stratégique ».

Des dépistages massifs et des traitements

Depuis des semaines, l’homme de science est en désaccord avec la politique de confinement menée en France par le gouvernement. Une gestion de la crise qu’il qualifie de moyenâgeuse. Didier Raoult n’a de cesse de répéter qu’il faut des moyens de dépistages massifs sur tout le territoire pour détecter les cas suspects, isoler et traiter les patients positifs.

Après avoir obtenu les résultats de tests effectués sur 24 patients atteints par le coronavirus, le professeur est en capacité de dire que les premiers essais de la chloroquine sont spectaculaires pour lutter contre le Covid-19.

Un traitement : de l’hydroxychloroquine associée à l’azythromycine

Cité dans le monde entier, il explique : « Associé à la prise d’antibiotiques ciblés contre la pneumonie bactérienne (l’azythromycine), le traitement [à l’hydroxychloroquine] a totalement guéri les sujets dans la semaine, alors que 90 % des malades qui n’ont pas pris le traitement sont toujours positifs ».

Lors d’un entretien accordé au journal Le Parisien, Didier Raoult a communiqué les détails du traitement qu’il préconise : « de l’hydroxychloroquine à raison de 600 mg par jour pendant dix jours (du Plaquenil, le nom du médicament, ndlr) sous la forme de comprimés administrés trois fois par jour. Et de l’azithromycine à 250 mg à raison de deux fois le premier jour puis une fois par jour pendant cinq jours ».

1 000 cas de Covid-19 dépistés positifs et traités à l’IHU

Depuis qu’il procède systématiquement aux dépistages, l’IHU a détecté et traité 1 000 patients positifs. Tous les cas « de modérés à sévères » ont reçu le traitement préconisé par le professeur Didier Raoult, « avec succès », selon lui. « Je suis sur le terrain, pas devant des statistiques. Ne vous inquiétez pas, ça marche ! », lance-t-il à « ses détracteurs de plateau télé ».

Dans six semaines, l’essai clinique européen Discovery, dans lequel est également testé l’hydroxychloroquine, doit rendre son verdict. Pour sa part, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué mardi à l’Assemblée nationale que la chloroquine était déjà utilisée dans les hôpitaux pour des cas cliniques très particuliers.

« Et si demain nous avons des données cliniques qui nous permettent espérer aller au-delà, nous n’attendrons pas », déclaré. « Mais nous devons attendre ces informations cliniques, sans quoi ce serait totalement irresponsable de ma part en tant que ministre de la Santé », a conclu Olivier Véran.