Deux policiers violemment frappés lors d’une intervention dans un camp de gens du voyage près d’Agen


Illustration © Actu17

Deux policiers ont été violemment frappés au cours d’une intervention dans la nuit de vendredi à samedi sur la commune du Passage, près d’Agen (Lot-et-Garonne). Des renforts ont été nécessaires et deux hommes ont été interpellés puis placés en garde à vue.


Une patrouille de la brigade anticriminalité (BAC) a aperçu un véhicule qui circulait à pleine vitesse vers 2 heures du matin. Il y avait quatre ou cinq personnes à l’intérieur explique Sud Ouest. Le conducteur a refusé de se soumettre au contrôle et a accéléré. Une course-poursuite a débuté et les policiers ont réussi à coincer le fuyard quelques minutes plus tard.

Les suspects sont descendus et ont pris la fuite en courant. L’un a été interpellé et un second s’est dirigé dans le camp de gens du voyage situé à proximité. Le fonctionnaire qui courait derrière lui ne s’est pas arrêté. Mais une fois à l’intérieur, il est tombé face à de nombreux agresseurs qui venaient d’être alertés par les fuyards. Selon Philippe Brunet, secrétaire départemental du syndicat Alliance police nationale, interrogé par nos confrères, le policier a alors été agressé par quatre individus. « Il a essuyé des jets de cailloux puis des coups de pied et des coups de poing ».

Il a fait usage de son pistolet à impulsion électrique pour tenter de maîtriser l’un de ses agresseurs, en vain. Le policier s’est retrouvé par terre, à devoir se protéger pour limiter l’impact des coups qu’il recevait. Il a tout de même pu lancer un message d’alerte sur les ondes police.

« C’est un véritable lynchage »

Un équipage de police secours est arrivé en renfort. Une fois sur place, les fonctionnaires se sont retrouvés devant 25 individus hostiles. « Un des fonctionnaires de police secours est à son tour projeté au sol et reçoit des coups. C’est un véritable lynchage », déplore Philippe Brunet. Des policiers municipaux d’Agen sont arrivés à leur tour, ce qui a permis de mettre fin à cette violente agression.


Le fonctionnaire de la BAC qui a été roué de coups et qui a notamment reçu un coup de bouteille au niveau de la tête, a été transporté à l’hôpital. Son Incapacité totale de travail (ITT) n’est pas connue pour l’heure mais il est en arrêt de travail.

Deux suspects ont été interpellés, un majeur et un mineur, tous deux connus des services de la justice. Placés en garde à vue, ils doivent être déférés ce dimanche. Le plus âgé pourrait être jugé dans le cadre d’une comparution immédiate, tandis que l’adolescent pourrait faire l’objet d’une mise en examen devant le juge des enfants.