Double meurtre à Saint-Maur : un homme a fait l’aller-retour depuis les États-Unis pour tuer son ex-épouse


Illustration. (photo Guillaume Bonnefont/IP3 Press/Maxppp)

Les enquêteurs de la brigade criminelle savent désormais qui a tué Aurélie et son amant Christophe, qu’elle rencontrait pour la première fois le jour de leur mort. Les autorités françaises ont demandé l’extradition de l’ex-mari de la victime qui vit aux États-Unis.

Un homme a organisé un voyage entre le Colorado (États-Unis) où il vit, et Saint-Maur (Val-de-Marne) en juillet dernier, avec pour but de tuer son ex-épouse. Ce scénario à peine croyable est détaillé par Le Parisien.

L’enquête a débuté le 29 juillet dernier par une macabre découverte. La mère d’Aurélie a retrouvé sa fille sans vie en ce mercredi du mois de juillet. Cette dernière âgée de 43 ans gisait dans son appartement de Saint-Maur, sur son lit, à côté de son amant de 42 ans, lui aussi tué par balles. Les deux victimes étaient nues. Les expertises ont montré que 18 coups de feu avaient été tirés et qu’Aurélie avait été la plus touchée. La quadragénaire avait reçu les deux tiers des balles. Un véritable acharnement qui n’était rien d’autre qu’une exécution.

La piste de l’ex-mari de la défunte a dans un premier temps été écartée. La mère d’Aurélie a confirmé aux enquêteurs de la brigade criminelle que ce dernier vivait aux États-Unis. Les policiers ont ensuite cherché à savoir si le tueur ne visait pas Christophe, l’amant. Ce dernier était célibataire, cadre informatique de Canal+. Un père de famille « discret et gentil » selon l’un de ses collègues interrogé par le quotidien.

L’homme échangeait depuis une dizaine de jours avec Aurélie sur un site de rencontre. C’était vraisemblablement la première fois que le couple se rencontrait physiquement. Christophe serait une victime collatérale dont le tueur ignorait probablement l’existence.


Les policiers se sont ensuite orientés sur le passé d’Aurélie et ses précédentes relations. L’acharnement du tueur laissait penser à un crime passionnel. « Deux relations ont été creusées en particulier », indique une source proche du dossier à nos confrères. Mais ces pistes n’ont rien donné.

La sœur du suspect révèle qu’il était à Paris

C’est finalement un appel à la sœur de l’ex-conjoint d’Aurélie vivant dans le Colorado, qui a fait basculer l’enquête. Cette dernière a déclaré aux policiers que son frère était en France lorsque le double meurtre a eu lieu. Il lui avait demandé de garder ses deux enfants, le temps qu’il se rende à Paris pour des « raisons professionnelles ». Le cadre informatique avait bien préparé son acte. Il est passé aux aveux.

Il a expliqué qu’il avait acheté une arme à feu aux États-Unis, une Herstal, qu’il a envoyée en France, en poste restante, dans le XVIIIe arrondissement à Paris. Il a ensuite réservé un vol à son nom et a loué une chambre d’hôtel dans la capitale. L’homme n’a pas eu de difficulté pour pénétrer dans l’appartement de son ex-femme : il avait conservé un double des clefs qu’elle lui avait pourtant demandé de rendre.

La fuite du tueur a été filmée par les caméras de vidéosurveillance de Saint-Maur. Il aurait jeté son arme dans la Marne. Elle a été en partie retrouvée. Les policiers cherchent maintenant à comprendre les motivations de cet homme, qui est retourné de l’autre côté de l’Atlantique après le double meurtre. Le cadre informatique a été écroué au mois d’août, en l’attente de son extradition vers la France.