Attaque gare du Nord à Paris : la vidéo de l'intervention des policiers qui ont neutralisé l'agresseur

Deux policiers qui rentraient chez eux sont intervenus pour mettre fin à l'attaque à l'arme blanche gare du Nord à Paris, ce mercredi matin. Ils ont ouvert le feu à plusieurs reprises, pour stopper l'agresseur. Une scène filmée par les vidéoprotections.
Attaque gare du Nord à Paris : la vidéo de l'intervention des policiers qui ont neutralisé l'agresseur
L'intervention des policiers a été filmée par les vidéoprotections de la gare. (capture écran/DR)
Par Actu17
Le mercredi 11 janvier 2023 à 18:56 - MAJ jeudi 12 janvier 2023 à 12:12

Une vidéo amateur publiée sur les réseaux sociaux et qui provient des vidéoprotections de la gare du Nord à Paris (Xe), montre l'intervention des policiers qui a permis de neutraliser l'auteur de l'attaque à l'arme blanche qui a fait six blessés dont un grave ce mercredi matin.

On aperçoit l'assaillant - qui serait un ressortissant libyen né en 2000 - arriver sur la droite de l'écran en courant, alors qu'il vient d'agresser plusieurs personnes. Des témoins le suivent. L'agresseur passe devant l'escalator et repart sur sa droite, courant après d'autres usagers qui prennent la fuite. Un policier en tenue d'uniforme de la police aux frontières (PAF) lui fait face et tente de le maîtriser, en vain. Deux autres policiers qui rentraient chez eux à la fin de leur service interviennent et ouvrent le feu à trois reprises. L'agresseur s'effondre, neutralisé. Attention : cette vidéo peut choquer les plus sensibles.

L'homme a été pris en charge par les secours et évacué à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (XIIIe) alors que ses jours étaient en danger. Les six victimes ont également été prises en charge, l'une en état d'urgence absolue. Une enquête du chef de "tentative d'assassinat" a été ouverte et confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne par le parquet de Paris.

Les motivations du suspect restent à déterminer. Il n'a pas pu être auditionné pour l'heure au vu de son état de santé. Selon un communiqué de la procureure de la République de Paris, Laure Beccuau, ce mercredi soir, "il pourrait s’agir d'un homme né en Libye ou en Algérie et (âgé) d'une vingtaine d'années". Le suspect est "enregistré sous plusieurs identités dans le fichier automatisé des empreintes digitales alimenté par ses déclarations au cours de précédentes procédures dont il a fait l'objet", a-t-elle ajouté.

L'agresseur ferait l'objet d'une obligation de quitter le territoire (OQTF) depuis l'été dernier. Une mesure qui n'a pas été exécutée, notamment face à la situation instable actuelle en Libye. L'homme serait arrivé en France il y a trois ans selon les premiers éléments.

LES PLUS LUS