Essonne : Les policiers viennent pour un tapage, le gardien de l’école les attaque avec une hache


Illustration Actu17 ©

Alors qu’ils s’étaient déplacés pour un tapage nocturne dans une école aux Ulis (Essonne), les policiers ont été attaqués par le gardien du groupe scolaire qui était armé d’une hache. Deux personnes ont été interpellées au total.


Chaque intervention de police peut se révéler dangereuse et imprévisible. Les policiers des Ulis en ont encore eu la démonstration dans la nuit de lundi à mardi. Ils ont été appelés vers 01h20 pour un tapage nocturne venant du groupe scolaire des Avelines.

Une fois sur place, les fonctionnaires en civil ont constaté qu’un petit groupe d’une dizaine de personnes faisait la fête pour célébrer le début du déconfinement, dans les locaux de l’école. L’ambiance joyeuse n’a pas empêché la situation de déraper complètement, au point de frôler un drame.

Elle dérobe la gazeuse lacrymogène d’un policier

Les fêtards n’ont vraisemblablement pas cru qu’il s’agissait de vrais policiers, malgré leurs brassards apparents et leurs équipements. Ces derniers ont pourtant exhibé leurs cartes professionnelles, en vain. Une femme a surgi et s’est subitement saisie de la gazeuse lacrymogène de l’un des fonctionnaires, avant qu’il ne la récupère.

L’instant suivant, un homme a pris une hache et a attaqué l’un des policiers. Ce dernier est parvenu à esquiver cette attaque in extremis. Il a ensuite sorti son arme de service, ce qui a eu pour effet de calmer les esprits.


L’agresseur doit être jugé en comparution immédiate

L’agresseur de 46 ans a été immédiatement interpellé et la hache a été saisie. Ce dernier est le gardien du groupe scolaire. La femme qui avait dérobé la bombe lacrymogène a elle aussi été arrêtée. Les deux mis en cause ont été placés en garde à vue.

Tous deux étaient alcoolisés : l’homme avait 1,46 grammes d’alcool par litre de sang, et la femme de 24 ans 0,66 gramme.

Cette dernière qui était jusqu’ici inconnue des services de police a été remise en liberté et fera l’objet d’une ordonnance pénale ultérieurement. Quant au gardien de l’école, il a été déféré au parquet. Inconnu de la justice, il sera jugé dans le cadre d’une comparution immédiate pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique ce mercredi.